Le président américain Donald Trump a loué samedi soir les "guerriers" venus l'écouter à Tulsa, dans l'Oklahoma, pour son retour sur les estrades de campagne après trois mois d'absence en raison du coronavirus. "Je veux vous remercier, vous êtes des guerriers", a-t-il lancé, dénonçant les "Fake News" qui, selon lui, ne font que marteler des messages "négatifs".

Quelques minutes plus tôt, son équipe de campagne avait reconnu que l'affluence n'était pas à la hauteur de ses attentes, dénonçant l'attitude de "manifestants radicaux" et "une semaine de couverture médiatique apocalyptique".

En quête d'un second mandat de quatre ans, le président américain comptait sur ce rassemblement pour marquer le contraste avec son opposant démocrate Joe Biden, qu'il affuble systématiquement du surnom moqueur de "Sleepy Joe".

Quelque 20.000 personnes étaient attendues, mais peu avant le discours présidentiel, la salle était seulement à moitié remplie. Et l'équipe de campagne elle-même a admis que l'affluence n'était pas à la hauteur de ses attentes.

Une première brève allocution du président, initialement prévue en dehors de la salle pour les malchanceux qui n'y auraient pas accès, a été annulée à la dernière minute.

Lundi, Donald Trump avait assuré dans un tweet que "près d'un million" de personnes avaient réclamé des billets pour ce rendez-vous.

"S'il y a un problème, je vous le dirai"

Le président américain Donald Trump a assuré samedi qu'il était en bonne santé, revenant longuement sur une cérémonie au cours de laquelle il avait semblé donner des signes de fatigue. "S'il y a un problème, je vous le dirai", a-t-il lancé à Tulsa (Oklahoma), dans le sud des Etats-Unis, lors de son premier meeting de campagne depuis plus de trois mois.

"Il y a quelque chose qui ne va pas concernant (Joe) Biden, ça je peux vous le dire", a ajouté le président de 74 ans, évoquant son adversaire démocrate, âgé lui de 77 ans, pour l'élection présidentielle du 3 novembre.

Les spéculations sur son état de santé avaient été alimentées lorsqu'il avait effectué en novembre une mystérieuse visite à un hôpital militaire près de Washington, en dehors du calendrier habituel.

Le 13 juin, il avait tenu, malgré la pandémie, à venir saluer la promotion 2020 de la prestigieuse académie militaire de West Point, près de New York.

Invité à quitter la scène après s'être adressé aux futures élites de l'armée américaine, il avait semblé connaître quelques difficultés sur la rampe d'accès, descendue à petits pas précautionneux.

Des médias avaient également relevé qu'il avait eu besoin de ses deux mains, au milieu du même discours, pour porter un verre d'eau à ses lèvres.