Un détenu d'une prison de l'Iowa, aux Etats-Unis, a demandé, en vain, à être libéré: il estimait avoir purgé sa condamnation à perpétuité en "mourant" il y a quatre ans. Avant d'être réanimé. Condamné en 1996 à une peine de perpétuité incompressible dans une affaire de meurtre, Benjamin Schreiber, 66 ans, est tombé gravement malade en mars 2015.

Transporté inconscient à l'hôpital, il a été réanimé à cinq reprises par les médecins, avant de finalement regagner sa cellule une fois rétabli et débarrassé de ses calculs rénaux.

Le rescapé a argué trois ans plus tard devant la justice qu'étant passé momentanément à trépas, sa perpétuité avait été purgée.

Ses arguments, pour le moins originaux, n'avaient alors pas convaincu un tribunal local, pas plus que la Cour d'appel de l'Iowa, qui les a jugés mercredi "non recevables".

"M. Schreiber est soit vivant, auquel cas il doit rester en prison, soit mort, et la question ne se pose alors pas", a-t-elle tranché.

La possibilité que le détenu soit "mort" est "peu probable", a ajouté la Cour d'appel dans son jugement, étant donné qu'il avait lui-même signé la requête.