Les missiles testés jeudi "violent" les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, a réagi Joe Biden à la Maison Blanche.

A la demande de Washington, le comité de sanctions de l'ONU se réunira vendredi matin en urgence à huis clos pour discuter de ces derniers essais de missiles, a-t-on appris jeudi de sources diplomatiques. Aucune déclaration publique n'est prévue à ce stade.

"Nous consultons nos partenaires et alliés. Et il y aura des réponses s'ils choisissent l'escalade. Nous répondrons en conséquence", a mis en garde le président des Etats-Unis.

Alors qu'il est en train de peaufiner sa stratégie face à Pyongyang, il s'est dit prêt "à une certaine forme de diplomatie, mais soumise à la condition de la dénucléarisation".

C'est d'abord l'état-major interarmes sud-coréen qui a annoncé que deux "projectiles non identifiés" avaient été tirés dans la mer du Japon, appelée "mer de l'Est" en Corée du Sud.

Il a souligné que les missiles, tirés depuis la province de Hamgyong du Sud, dans le centre-est de la Corée du Nord, avaient parcouru une trajectoire de 450 kilomètres et atteint une attitude maximale de 60 kilomètres. Séoul a précisé avoir "renforcé sa surveillance, en coordination rapprochée avec les Etats-Unis", son principal allié.

"Missiles balistiques" 

Au Japon, autre allié régional des Etats-Unis, le Premier ministre Yoshihide Suga s'est montré catégorique, assurant qu'il s'agissait de "deux missiles balistiques".

"Cela menace la paix et la sécurité de notre pays et de la région", a-t-il martelé.

Les Européens ont fait écho à ces condamnations. Le ministre britannique chargé de l'Asie Nigel Adams a dénoncé une "violation manifeste" des résolutions du Conseil de sécurité et appelé Pyongyang à "engager des négociations sérieuses avec les Etats-Unis".

L'Allemagne a exhorté la Corée du Nord à "s'abstenir de mener de nouveaux tests" et la France lui a demandé de "s'engager rapidement et de bonne foi dans un processus de démantèlement complet, vérifiable et irréversible de ses programmes d'armes de destruction massive".

Bien que frappé par de multiples sanctions internationales, le pays reclus a rapidement développé ces dernières années ses capacités militaires sous la direction de Kim Jong Un, procédant à plusieurs essais nucléaires et testant avec succès des missiles balistiques capables d'atteindre les Etats-Unis.

La Corée du Nord avait déjà tiré deux missiles dimanche peu après une visite à Séoul et à Tokyo du secrétaire d'Etat américain Antony Blinken et du ministre de la Défense Lloyd Austin. Mais ces premiers tirs nord-coréens depuis l'arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden, présentés comme des missiles de croisière par les experts, avaient été minimisés par Washington.

Lors de leur tournée régionale, les ministres américains voulaient coordonner la future stratégie de l'administration Biden et présenter un front uni face à Pyongyang.

"Pression de Pyongyang"

Ils ont insisté à plusieurs reprises sur l'importance d'une dénucléarisation de la Corée du Nord.

En réponse, Choe Son Hui, la première vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, a vertement tancé "le nouveau régime" en place aux Etats-Unis, sans néanmoins nommer Joe Biden.

La présidence de Donald Trump avait donné lieu dans un premier temps à des échanges d'insultes et de menaces de guerre nucléaire avec Kim Jong Un, puis à une extraordinaire lune de miel diplomatique marquée par les sommets historiques de Singapour et de Hanoï entre les deux dirigeants.

Ces relations n'avaient toutefois pas conduit à des avancées vers une dénucléarisation. Le sommet de Hanoï en février 2019 avait échoué sur la question de l'allègement des sanctions réclamé par Pyongyang en échange d'éventuelles mesures de désarmement.

Les tirs de jeudi "signalent le début d'une pression de Pyongyang sur Washington pour des discussions sur le nucléaire", a commenté auprès de l'AFP Yoo Ho-yeol, professeur émérite d'études nord-coréennes à l'Université de Corée.

Des responsables américains ont déclaré que l'administration Biden avait tenté depuis mi-février, en vain, d'entrer en contact avec Pyongyang.