L'autorité aéronautique américaine (FAA) a failli dans sa tâche de surveillance du développement d'un système de sécurité pour le Boeing 737 MAX, peut-on lire dans le rapport des enquêteurs des Joint Authorities Technical Review (JATR). 

Ce système controversé est montré du doigt dans le cas de deux crashes de B737 MAX en peu de temps qui ont coûté la vie à 346 personnes. Les deux accidents aériens, en Indonésie et en Ethiopie, pourraient être la conséquence du fait que ce système de sécurité maintien le nez de l'appareil vers le bas, entraînant le dysfonctionnement d'un capteur. Une commission internationale d'enquête a fait le constat que l'autorité américaine de surveillance ne possédait qu'une "documentation fragmentaire" à propos du système MCAS, rendant délicate la capacité à juger de la fiabilité de cette technologie.

La commission se montre critique par rapport à la politique de la FAA qui délègue de nombreuses tâches aux compagnies aériennes, s'empêchant de la sorte d'émettre un avis indépendant sur le développement du système incriminé sur le B737 MAX. La commission estime aussi qu'il y avait en outre trop peu d'experts de la FAA impliqués dans la certification des appareils. Les collaborateurs de Boeing concernés étaient par ailleurs mis sous pression, "probablement à cause de priorités contraires".