"Tout le monde sait que l'Amazonie brésilienne est très riche. Cela explique le soutien d'institutions internationales à cette campagne aux intérêts douteux, avec le concours d'associations brésiliennes profiteuses, antipatriotiques, ayant pour objectif de faire du tort au Brésil", a-t-il ajouté dans ce discours enregistré depuis le Brésil.

Le dirigeant d'extrême droite faisait notamment référence à la campagne baptisée "Defundbolsonaro.org", lancée au début du mois par plusieurs ONG, appelant à faire dépendre tout investissement au Brésil d'engagements fermes pour la préservation de l'Amazonie.

Cette campagne, à laquelle ont adhéré des célébrités comme l'acteur américain Leonardo DiCaprio, a pour slogan: "Bolsonaro met le feu à l'Amazonie. Encore. De quel côté êtes-vous ?"

Pour Jair Bolsonaro, chaque année "les incendies ont lieu aux mêmes endroits, où les indigènes font des brûlis pour leur survie, dans des zones déjà déboisées".

Depuis le début de l'année, 71.673 foyers d'incendie ont été identifiés en Amazonie, 12% de plus que sur la même période l'année dernière. Plus au sud, au Pantanal, plus grande zone humide de la planète et sanctuaire, ils ont plus que triplé.

Selon les derniers chiffres officiels, 1.358 km2 ont été déboisés en Amazonie le mois dernier, 21% de moins qu'en août 2019.

Mais si l'on prend en compte les données recueillies depuis janvier, la baisse est seulement de 5% par rapport à 2019, année de tous les records.

Le président Bolsonaro a également affirmé que le Brésil assurait "la sécurité alimentaire d'un sixième de la population mondiale, tout en préservant 66% de la végétation native et en utilisant seulement 27% du territoire pour l'agriculture".