"Cette récession a été provoquée par la mauvaise gestion de Donald Trump. Il est dès lors inapte à occuper ses fonctions", a lancé Joe Biden, depuis la ville de Warren près de Detroit, berceau américain de l'automobile. 

"Combien de familles n'ont pas leurs êtres chers ce soir autour de la table à cause de son échec?" a-t-il poursuivi devant une poignée d'invités rassemblés en plein air, devant le siège local du puissant syndicat des employés de l'automobile UAW. "C'est plus que honteux. C'est un manquement à ses devoirs". 

Il s'agit du premier voyage de l'ancien vice-président de Barack Obama dans l'Etat-clé du Michigan depuis qu'il a remporté l'investiture démocrate en avril. Signe du poids de cet Etat pivot, qui pourra déterminer l'élection en basculant vers un candidat ou l'autre, Donald Trump sera à son tour dans le Michigan jeudi soir, pour un discours devant ses partisans. 

En 2016, le milliardaire républicain avait remporté par surprise cet Etat du Midwest, avec une avance d'à peine 0,23 point de pourcentage. Le Michigan n'avait pas voté pour un républicain depuis 1988. 

Si la popularité de Donald Trump stagne à de bas niveaux et sa gestion de la pandémie est vivement critiquée, les électeurs disent en revanche faire plus confiance à l'ex-homme d'affaires qu'à Joe Biden sur l'économie. L'ancien vice-président démocrate a donc pris soin d'attaquer le bilan du républicain, en rappelant qu'une usine General Motors de Warren avait fermé en 2019 alors que Donald Trump avait promis en 2016, dans cette même ville, qu'il empêcherait toute fermeture s'il était élu. "Je parie que les gens ici n'ont pas été tellement réconfortés par les promesses en l'air de Trump", a déclaré Joe Biden. 

Le coronavirus a fait près de 190.000 morts aux Etats-Unis et frappé de plein fouet l'économie. Si le chômage a diminué plus que prévu en août, son niveau reste bien loin de celui d'avant la pandémie, en février: le marché de l'emploi comptait alors 11,5 millions d'emplois supplémentaires.