Comment 44 membres d'un même hôpital en Californie ont-ils pu être contaminés par le coronavirus en seulement quelques jours? La raison aurait de quoi faire sourire, si elle n'avait pas entraîné des conséquences dramatiques: un costume gonflable pourrait en effet bien être à l'origine de ce mini-foyer.

Afin de répandre un peu de joie durant les fêtes de fin d'année, un employé de l'hôpital Kaiser Permanente San Jose a endossé un déguisement de Noël et s'est baladé dans les couloirs du service des urgences. Quelques jours plus tard, de nombreux membres du personnel ont été testés positifs au coronavirus. Entre le 27 décembre et le 1er janvier, c'est un total de 44 personnes qui a contracté la maladie.

Ce déguisement a-t-il pu être un vecteur de contamination? Selon le Dr. Jimenez, interviewé par le New York Times, cette piste est la plus probable. Ce déguisement était en fait un costume gonflable, alimenté par un ventilateur à piles. Ce ventilateur aspire l'air dans le costume, lui permettant ainsi de conserver sa forme initiale. La contamination s'est donc probablement faite par voie aérienne, à travers les importantes goutelettes émises par l'employé.

L'hôpital en question a refusé d'indiquer si des patients ont également été contaminés au cours de cet événement. Toutefois, la porte-parole de l'hôpital, Irene Chavez, a rappelé que l'individu qui portait le costume ne présentait aucun symptôme de Covid et cherchait seulement à "remonter le moral de son entourage". "Toute propagation du virus, si elle a eu lieu, est dès lors complètement accidentelle", a ajouté Irene Chavez. 

Si les circonstances des différentes contaminations restent encore à prouver, cet événement semble en tout cas similaire à celui qui s'est produit dans une maison de repos de Mol, en Flandre, où un individu en costume de Saint-Nicolas a entraîné la contamination de dizaines de résidents, et vraisemblablement provoqué la mort de 26 d'entre eux.