Quelque 500 Boliviens bloqués au Chili ont affronté mardi des militaires de leur pays en essayant de forcer le passage pour rentrer en Bolivie, alors que la frontière est fermée pour cause de coronavirus, selon les autorités locales.

"Ils sont arrivés dans la nuit hier (lundi), certains ont marché pendant deux jours. Il y a des enfants, des femmes enceintes, et ces civils ont affronté les forces armées boliviennes", a indiqué Javier Garcia, le maire de Colchane, commune du nord du Chili frontalière avec la Bolivie.

Les heurts ont fait deux blessés, un civil et un soldat, a-t-il précisé au site internet d'information chilien Soy Iquique.

Samedi dernier, le gouvernement bolivien avait décidé de rapatrier 480 de ses ressortissants qui étaient restés bloqués une semaine à la frontière chilienne après la fermeture de celle-ci, annoncée le 20 mars. Ils ont été placés en quarantaine pour au moins quatorze jours dans un campement d'accueil.