Le gouvernement du Venezuela a prolongé vendredi pour un mois "l'état d'alerte" décrété le 13 mars pour freiner l'épidémie de coronavirus, base légale qui peut permettre aux autorités de prolonger les mesures de confinement.

"L'état d'alerte est prolongé de trente jours" dans le pays "en raison des circonstances d'ordre social qui mettent sérieusement en danger la santé publique et la sécurité des citoyens", indique un décret présidentiel publié au Journal officiel.

La décision doit permettre d'"atténuer et d'éliminer les risques épidémiques liés au coronavirus (Covid-19)", poursuit le texte.

Il s'agit de la troisième prolongation de la mesure, alors que le pays sud-américain expérimente depuis le 1er juin un assouplissement des mesures de confinement

L'état d'alerte donne des pouvoir spéciaux au président Nicolas Maduro. Il lui a permis de décréter un confinement national et obligatoire dès le 17 mars pour les 30 millions d'habitants.

Le pays a enregistré 2.814 contaminations au Covid-19 et 23 morts, selon les chiffres officiels. Ces données sont toutefois remises en cause par des organisations de défense des droits de l'homme telles que Human Rights Watch.