Donald Trump a appelé le Congrès américain à adopter dès mardi un plan massif de relance de l'économie frappée par la pandémie de coronavirus, mettant en garde contre l'impact nocif sur les travailleurs américains de négociations trop longues entre républicains et démocrates. 

"Le Congrès doit approuver l'accord, sans toutes les inepties, aujourd'hui", a écrit le président républicain, dans une référence apparente à certaines demandes de l'opposition démocrate.

"Plus cela prendra de temps, plus il sera difficile de redémarrer l'économie. Nos travailleurs vont souffrir", a-t-il mis en garde.

Depuis vendredi, les sénateurs républicains, démocrates et la Maison Blanche sont engagés dans des négociations intenses, pour parvenir à un accord sur un gigantesque plan de relance qui pourrait mobiliser près de 2.000 milliards de dollars, alors que la première économie mondiale est probablement déjà entrée en récession.

Un vote était initialement prévu lundi, mais la séance a, dans la soirée, été suspendue jusqu'à mardi à 10H00 (15H00 HB). Aucun vote n'avait encore été fixé.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, mène les négociations sur la colline du Capitole, siège du Congrès américain, entre républicains et démocrates.

Le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, s'est montré lundi soir optimiste sur les "avancées" des négociations. Son groupe avait rejeté, dimanche puis lundi, les mesures des républicains.

L'opposition, échaudée par les excès des bénéficiaires du plan de sauvetage de la crise de 2008, réclame notamment à l'administration Trump une supervision accrue des prêts accordés aux grandes entreprises, qui ressemblent plus selon eux à des cadeaux aux dirigeants. Elle veut aussi débloquer plus de moyens pour les hôpitaux américains, qui risquent d'être mis à dure épreuve par la pandémie.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin avait assuré lundi matin que les mesures bénéficieraient aux travailleurs. Il avait toutefois évoqué "une disposition spéciale" pour le transport aérien, soulignant qu'il s'agissait d'un secteur stratégique pour la sécurité nationale du pays.

Lorsqu'il aura été voté au Sénat, ce plan d'aide devra être approuvé par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, avant de pouvoir être promulgué par le président républicain.

Le coronavirus avait infecté mardi matin plus de 46.000 personnes aux Etats-Unis et fait près de 600 morts - un bilan qui évolue très rapidement - selon le comptage de l'université Johns Hopkins.