Le président américain Donald Trump a fait pression sur le Premier ministre australien Scott Morrison pour contribuer à une enquête sur l'origine de l'investigation ouverte par le procureur spécial américain Robert Mueller sur les suspicions d'ingérence étrangère lors de la campagne présidentielle américaine de 2016. Lors d'une conversation téléphonique début septembre, Donald Trump a poussé le Premier ministre australien à assister le ministre américain de la Justice Bill Barr à rassembler des informations utiles à une enquête menée par son département et visant à discréditer les efforts de M. Mueller, rapporte mardi le New York Times, citant deux sources américaines au courant de cet appel téléphonique.

L'Australie a confirmé l'appel entre les deux dirigeants et la disponibilité de M. Morrison à assister son partenaire américain. "Le gouvernement australien a toujours été prêt à aider et coopérer aux efforts visant à éclairer les aspects faisant l'objet d'une enquête", a commenté un porte-parole du gouvernement fédéral australien, cité par le média public ABC. "Le Premier ministre a confirmé cette disponibilité une fois de plus dans une conversation avec le président", a-t-il ajouté.

La Maison Blanche a limité l'accès à la retranscription de la conversation entre MM. Trump et Morrison à un nombre restreint de proches du président américain. Une restriction similaire à celle appliquée à la conversation téléphonique fin juillet entre le président américain et le Premier ministre ukrainien Volodymyr Zelensky, durant laquelle M. Trump lui a demandé d'enquêter sur le fils de son rival démocrate Joe Biden dans la campagne présidentielle 2020.

"La discussion de M. Trump avec le Premier ministre australien Scott Morrison démontre que le président utilise la diplomatie de haut-niveau pour faire avancer ses intérêts politiques personnels", pointe le New York Times.