Après avoir fait au moins 43 morts aux Bahamas et frôlé les Etats-Unis, l'ouragan Dorian, affaibli mais toujours dangereux, s'est abattu dans la nuit de samedi à dimanche sur l'est du Canada avec des vents violents, des pluies torrentielles et des vagues de près de vingt mètres.

Aux Bahamas, où les autorités s'attendent à une aggravation du bilan plus d'une semaine après le passage de Dorian, de nombreux avions, hélicoptères et bateaux, y compris des navires de croisière, s'affairaient à évacuer les habitants sinistrés vers la capitale Nassau ou vers les Etats-Unis. 

A plusieurs milliers de kilomètres au nord, rétrogradé en "cyclone post-tropical très intense" par le Centre canadien de prévision des ouragans (CCPO), l'ouragan a touché terre samedi soir près de Halifax, en Nouvelle-Ecosse, où des vents de jusqu'à 140 km/h ont été mesurés. Plus de 500.000 foyers étaient privés d'électricité en Nouvelle-Ecosse, selon les autorités.



Des images diffusées par les chaînes de télévision montraient les rues de Halifax, désertes, battues par le vent et une grue effondrée sur un immeuble en construction. Aucun blessé n'a été signalé. Environ 700 soldats ont été dépêchés dans les provinces de l'est canadien pour aider au rétablissement de l'électricité, au déblaiement des routes et aux opérations de secours éventuelles. Dorian devait poursuivre sa route dimanche au-dessus de l'est canadien. 

Des alertes météo ont été émises pour l'Ile-du-Prince-Edouard, le Nouveau-Brunswick, l'est du Québec, Terre-Neuve et le Labrador. La dépression devrait ensuite perdre de la force et s'éloigner au-dessus de l'Atlantique nord.