Melania Trump, George Bush...: plusieurs personnalités et proches de Donald Trump réagissent à son refus de reconnaître sa défaite

Trump refuse d'avouer sa défaite face à Joe Biden et provoque des réactions mitigées au sein de son entourage.

Melania Trump, George Bush...: plusieurs personnalités et proches de Donald Trump réagissent à son refus de reconnaître sa défaite
©AFP
E.L avec AFP

Si Joe Biden a remporté l'élection présidentielle ce samedi, Donald Trump, lui, continue de clamer haut et fort sa victoire et de crier à la fraude électorale. Au sein du camp républicain, son attitude agace certains. D'autres continuent de le soutenir coûte que coûte.

Plusieurs membres de la garde rapprochée de Trump l'ont désavoué ce dimanche. C'est tout d'abord le beau-fils de l'ex-président, Jared Kushner, qui l'a appelé à reconnaître sa défaite électorale. Jared Kushner, qui est également un conseiller clé de Trump, l'aurait approché samedi après que son équipe de campagne ait publié une déclaration affirmant que la course n'était pas encore terminée et que les médias avaient désigné un vainqueur trop tôt.

Ce dimanche, ce n'est autre que la propre épouse de Trump qui l'encourageait à avouer sa défaite. Selon CNN, Melania Trump aurait en effet conseillé à son mari, en privé, de se rétracter. En public, l'ex-première dame semble pourtant aller dans le sens de son mari, en témoigne un tweet publié ce dimanche soir, où elle déclare que les Américains ont le droit à une élection "juste", et que chaque vote légal doit être compté. 

Un soutien inconditionnel de Lindsey Graham

Plusieurs membres du parti républicain continuent toutefois d'afficher leur soutien à l'ex-président. 

L'influent sénateur républicain Lindsey Graham a encouragé dimanche Donald Trump à continuer de refuser sa défaite et à "se battre" en justice pour faire valoir ses droits. "Nous travaillerons avec Biden s'il gagne, mais Trump n'a pas perdu", a-t-il déclaré sur la chaîne Fox News, en refusant l'annonce de la victoire du démocrate faite la veille par les grands médias sur la base des résultats quasi complets du dépouillement. "Il y a beaucoup de magouilles (...) beaucoup de choses qui méritent d'être examinées", a assuré Lindsey Graham en écho aux accusations de "fraude" lancées par Donald Trump, dont il est proche. "On ne peut pas laisser les médias diriger l'Amérique, il faut que nous nous battions", a-t-il lancé à l'adresse de ses confrères républicains qui, pour la plupart, observent un silence total depuis 24 heures. "Ne concédez rien, Monsieur le président, battez-vous", a-t-il encore lancé.

D'autres républicains se sont montrés plus mesurés, tout en refusant eux aussi d'admettre la défaite à ce stade. Interrogée sur la chaîne ABC, la gouverneure républicaine du Dakota du Sud, Kristi Noem, a évoqué les mêmes accusations que M. Graham. "Je ne sais pas si c'était répandu et je ne sais pas si cela pourrait changer le résultat de l'élection", a-t-elle souligné. Mais, "si Joe Biden veut vraiment unifier notre pays, il devrait attendre pour être sûr qu'on ait eu une élection honnête", a-t-elle ajouté.

"Chaque vote légal doit être compté, chaque recompte doit être mené à terme et chaque recours en justice doit être examiné", a également assuré le leader de la minorité républicaine à la Chambre des représentants Kevin McCarthy. "Ce n'est qu'ensuite que l'Amérique pourra décider qui a gagné" la Maison Banche. 

George W. Bush soutient la procédure en justice  

L'ancien président des Etats-Unis, George W. Bush, a lui aussi réagi à l'attitude de Trump. Après avoir félicité Biden pour sa victoire, Bush a également tenu à saluer Donald Trump pour avoir rallié 70 millions d'Américains à sa cause et a estimé que le président sortant avait le droit de poursuivre des démarches en justice afin d'obtenir un éventuel recomptage des votes.


Sur le même sujet