"Un gorille de 300 kilos", "Théorie du complot", "Trois élections perdues" : Trump sèchement taclé par un membre de son propre parti

Ne serait-il pas temps d'évaluer ce qui importe vraiment pour le parti républicain aux Etats-Unis ? Ce dimanche, le gouverneur républicain du Maryland, Larry Hogan, a déclaré publiquement que l'ancien président Donald Trump a coûté les trois dernières élections à son parti, le Grand Old Party (GOP).

V.dL
LATROBE, PENNSYLVANIA - NOVEMBER 05: Former U.S. President Donald Trump speaks during a rally at the Arnold Palmer Regional Airport November 5, 2022 in Latrobe, Pennsylvania. Trump campaigned at the rally for Pennsylvania Republican candidates including Republican Senate candidate Dr. Mehmet Oz and Republican gubernatorial candidate Doug Mastriano ahead of the midterm elections to be held on November 8th.   Win McNamee/Getty Images/AFP
©2022 Getty Images

Lors d'une apparition dans l'émission "State of the Union" de CNN, Larry Hogan a estimé que son parti avait été mis hors jeu par trois fois à cause de la présence et l'influence de Donald Trump.

L'homme - qui n'a pas pu briguer un troisième mandat dans le Maryland cette année - ne retient pas ses coups contre le 45e président des Etats-Unis. "Cela aurait dû être une énorme vague rouge. Une des plus grandes vagues rouges jamais vues", regrette Hogan, qui déplore les mauvais résultats de son parti malgré la faible cote de popularité du président démocrate Joe Biden.

Pourquoi cette vague "ultra" rouge n'est-elle jamais arrivée ? "Je pense que les conservateurs sensés qui se sont concentrés sur les questions qui intéressent les gens, comme l'économie, la criminalité et l'éducation, ont gagné", lance l'ancien gouverneur. "Mais les gens qui ont essayé de revigorer l'élection de 2020 et se sont concentrés sur les théories du complot ont presque tous été rejetés." Pour Hogan, il est temps que les Républicains reviennent à la table pour de bon et se mettent réellement au travail. "Nous devons redevenir à un parti qui parle à plus de gens et qui peut gagner dans des endroits difficiles, comme je l'ai fait dans le Maryland", a déclaré Hogan à CNN.

Dans le Maryland, le démocrate Wes Moore est entré dans l'histoire en devenant le premier gouverneur africain-américain. Il a battu le républicain Dan Cox, soutenu par l'ancien président Donald Trump, qui avait lui-même battu un candidat soutenu par Larry Hogan lors des primaires du parti.

BOWIE, MD - NOVEMBER 07: U.S. President Joe Biden looks on during a speech by Democratic gubernatorial candidate Wes Moore at a campaign rally at Bowie State University on November 7, 2022 in Bowie, Maryland. Moore faces Republican state Rep. Dan Cox in tomorrow's general election.   Nathan Howard/Getty Images/AFP
Wes Moore, 3e Afro-américain élu gouverneur ©2022 Getty Images

Hogan, décidément remonté, voit en Donald Trump "un gorille de plus de 300 kilos", qui compte encore peser sur le prochain tour de scrutin en Géorgie, pour le Sénat, avec une "annonce spéciale et imminente". Dans cet Etat du sud-est des États-Unis, le sénateur démocrate Raphael Warnock et son adversaire républicain Herschel Walker s'affronteront au second tour le 6 décembre car aucun des deux candidats n'a dépassé le seuil de 50 % des voix nécessaire pour remporter la primaire. Si comme attendu par les médias américains, Catherine Cortez Masto est réélue dans le Nevada, le scrutin en Géorgie ne devrait pas avoir d'influence sur le contrôle du Sénat. Les démocrates détiendraient du coup au moins 50 sièges et la vice-présidente Kamala Harris pourrait briser cette égalité.