"Hier était à mes yeux l'un des jours les plus sombres de notre Histoire", a déploré Joe Biden, qualifiant ceux qui ont participé à ces troubles de "terroristes". Donald Trump s'était adressé mercredi à la foule, encourageant ses partisans à avancer vers le Congrès, avant de publier une vidéo où il répétait sans preuve que l'élection leur avait été "volée".

Le prochain président américain, qui s'installera à la Maison Blanche dans 13 jours, s'est dit convaincu que des manifestants antiracistes auraient été traités "très différemment" des partisans de Donald Trump qui ont semé le chaos à Washington la veille. "Ils auraient été traités très, très différemment que la foule hargneuse qui a envahi le Capitole. Nous savons tous que c'est vrai, et c'est inacceptable", a-t-il dénoncé depuis son fief de Wilmington.

Le président élu a qualifié le comportement et le langage de Donald Trump de semblables à ceux des dictateurs. "Il a attaqué les institutions gouvernementales, il a attaqué la presse et a même appelé hier à une attaque contre le Congrès", a déclaré Biden. "Trump a utilisé un gang pour annuler les votes de près de 160 millions d'électeurs".

"Trump a essayé d'utiliser le ministère de la Justice comme son avocat personnel. Il a également nommé des juges pour le soutenir, les juges de Trump, il les a appelés", a encore déclaré Joe Biden. "Il voulait que la Cour suprême lui donne la victoire électorale, mais elle ne l'a pas fait. Elle a respecté la loi. Comme tous les responsables électoraux, de n'importe quel parti, malgré la pression de Trump".