"En ce moment crucial de l'histoire de notre nation, il est essentiel d'avoir un enseignant comme ministre de l'Education", a déclaré le futur président dont l'épouse, Jill Biden, est elle-même membre du corps enseignant et titulaire d'un doctorat en sciences de l'éducation.

Fils de parents originaires du territoire américain de Porto Rico, ancien instituteur dans le public devenu ministre de l'Education de l'Etat du Connecticut, Miguel Cardona, 45 ans, a affirmé que l'école avait bien été pour lui cet "ascenseur social" qu'elle devrait être.

"Mais pour trop d'élèves, votre lieu de résidence et votre couleur de peau demeurent la meilleure manière de prédire les opportunités dont vous bénéficierez pendant toute votre vie", a-t-il déploré lors d'un bref discours aux côtés de Joe Biden à Wilmington, dans le Delaware.

© AFP

Ce défenseur de l'école publique, dont la nomination doit être confirmée par le Sénat, offre un profil à l'opposé de Betsy DeVos, milliardaire et très controversée ministre de l'Education de Donald Trump, fervente militante de l'école privée.

Si le président républicain sortant a plaidé en faveur de la réouverture des écoles malgré la crise sanitaire, son gouvernement est critiqué pour n'avoir rien fait pour les aider, notamment d'un point de vue logistique et financier. Et de très nombreuses écoles du pays restent en mode 100% virtuel, neuf mois après avoir fermé, au risque de creuser encore les inégalités.

"Rouvrir les écoles en toute sécurité sera une priorité nationale", a réaffirmé mercredi Joe Biden. Il a promis de présenter au Congrès un plan de financement "pour atteindre l'objectif ambitieux mais réaliste de rouvrir en toute sécurité la majorité des écoles avant la fin des 100 premiers jours" de son mandat qui débute le 20 janvier.