M. Bolsonaro est l'un des rares dirigeants d'un grand pays à ne pas avoir félicité le président-élu, deux jours après l'annonce de la victoire du candidat démocrate sur Donald Trump. Le président américain refuse de concéder sa défaite et son camp a multiplié les recours en justice.

"Je crois que le président (Bolsonaro) attend la fin de cet imbroglio, de la discussion sur des votes frauduleux (...) avant de se prononcer", a dit le général Mourao.

"Il est évident qu'en temps voulu, il félicitera celui qui sera élu", à dit le vice-président, en arrivant au palais présidentiel du Planalto, à Brasilia.

Le Brésil de Bolsonaro emboîte ainsi le pas à des pays comme la Russie, la Chine ou le Mexique, qui se sont abstenus à ce stade de féliciter Joe Biden.

"Je pense que cette semaine les questions en suspens vont être réglées, que la situation redeviendra normale; nous nous préparons à la nouvelle relation qui devra être établie" avec Washington, a conclu le vice-président brésilien.

L'élection de Joe Biden à la présidentielle américaine est un coup dur pour Jair Bolsonaro, souvent surnommé le "Trump des tropiques", qui se retrouve isolé après avoir soutenu jusqu'au bout le président sortant, son modèle.