"Les tentatives visant à empêcher les électeurs de voter avec de la désinformation sont illégales et ne seront pas tolérées", a communiqué sur Twitter Letitia James, la plus haute responsable de l'application de la loi à New York, en annonçant l'ouverture de cette enquête.

Les autorités américaines ont mis en garde contre le fait que des électeurs à travers tout le pays reçoivent de tels appels automatisés suspects. Dana Nessel, procureure générale du Michigan a aussi déclaré que les habitants de la ville de Flint par exemple entendaient lors de ces appels qu'"en raison de la longues files d'attente, ils devraient voter demain".

"Il est évident que c'est FAUX et qu'il s'agit d'un effort pour supprimer le vote. Il n'y a pas de longues files d'attente et aujourd'hui est le dernier jour pour voter. Ne croyez pas les mensonges", assure-t-elle aussi.

Barack Obama prie les électeurs américains à ne pas se laisser dissuader d'aller voter

L'ancien président américain Barack Obama, démocrate, invite les électeurs américains à ne pas se laisser dissuader d'aller voter, et rappelle que s'ils sont dans une file d'attente avant la fermeture des bureaux de vote, ils conservent le droit de déposer leur bulletin. "Il y a une raison pour laquelle certains essaient de rendre votre vote compliqué: ils savent que si vous le faites, les choses changent. Et c'est pourquoi la réponse n'est pas de rester à la maison. C'est de se présenter (aux urnes, NDLR) comme jamais auparavant et leur montrer ce pourquoi ce pays se bat", a communiqué via Twitter l'ancien président démocrate.

"Si vous êtes dans une file d'attente avant que les bureaux de vote ferment, vous avez le droit de voter. Restez dans la file aussi longtemps que nécessaire", prie le démocrate qui soutient la candidature de Joe Biden, son ancien vice-président, face à celle du président sortant républicain Donald Trump.

Hillary Clinton, ex-première dame, Secrétaire d'Etat de Barack Obama, et candidate malheureuse démocrate à la présidentielle de 2016, a partagé un message similaire. "Restez dans la file, faites passer le mot, et merci de défendre notre démocratie", a-t-elle tweeté.

Tous deux, ainsi que le candidat Joe Biden et sa colisitière Kamala Harris, partagent également sur ce réseau des numéros de téléphone de la protection et d'assistance aux électeurs.