Alyssa Farah était, jusqu'à sa démission le 3 décembre dernier, directrice de la communication de la Maison Blanche. Elle avait finalement pris ses distances voici plus d'un mois dans ce qui s'apparentait à une reconnaissance tacite de la défaite de Donald Trump. "Après trois années et demie incroyables, je vais quitter la Maison Blanche pour me consacrer à d'autres projets", avait commenté celle qui fut porte-parole du vice-président Mike Pence, puis du Pentagone avant d'accéder à la Maison Blanche. "Je suis très fière des choses incroyables accomplies pour rendre notre pays plus fort et plus sûr", ajoutait-t-elle à l'époque, sans jamais citer Donald Trump.

Aujourd'hui, elle attaque directement le président, dont le mandat prendra fin officiellement ce 20 janvier. Dans une interview pour le journal Politico, Alyssa Farah explique que Trump est "directement responsable" des émeutes au Capitole. Des émeutes qui, selon elle, sont le "point d'ébullition montrant que tromper le public a des conséquences".

Pour l'ex-directrice stratégique de la communication, le président a en effet usé de "mensonges" concernant le résultat de l'élection présidentielle. "Je blâme certainement les manifestants - franchement, nous devrions les appeler des terroristes, mais je blâme fondamentalement nos dirigeants élus qui ont permis à ces gens de croire que l'élection leur avait été volée", a-t-elle déclaré. "Le président et certains conseillers autour de lui sont directement responsables."

Alyssa Farah ajoute que Donald Trump "aurait pu sauver des vies avec une déclaration forte, déclarative, énergique" qui aurait condamné les violences au Capitole, "mais à la place il a permis que des vies soient mises en danger".

"Trump sait depuis novembre qu'il a perdu"

Une autre déclaration forte de l'ex-directrice de la communication au journal Politico est qu'elle affirme que Trump est conscient qu'il a perdu, malgré ses fausses déclarations depuis la fin des élections. "Quand j'étais encore à la Maison Blanche fin novembre, il savait qu'il avait perdu. Et c'était quelque chose qui était presque tacitement reconnu. Et puis, quelque chose a changé. Et je ne sais pas si ce sont les mauvais conseillers qui l'ont approché avec de mauvaises informations ou quoi."

Et quand on lui demande si elle le soutient encore, Alyssa Farah conclut que "non, pas pour le moment. Parce que notre pays a besoin de quelque chose de différent."

"Il devrait démissionner"

Encore interrogée sur CNN ce vendredi, Alyssa Farah a confirmé ses dires, accusant à nouveau Trump d'avoir menti au peuple américain sur les résultats des élections: "Les gens autour de lui savent mieux que ça. Nous savions que les résultats n'allaient pas être annulés. Nous savions que c'était un coup monté de continuer à faire croire cela pendant des jours de plus."

L'ex-directrice de la communication de la Maison Blanche ajoute encore que, bien qu'il ne reste que quelques jours, Trump devrait "envisager sérieusement" de démissionner et céder la place au vice-président Mike Pence, avec lequel elle se sentirait davantage en sécurité.