Le démocrate Anthony Brindisi, qui avait ravi ce siège d'une région proche de Syracuse à Claudia Tenney lors des législatives de 2018, a publiquement concédé sa défaite, dans un tweet, après s'être battu en justice contre la confirmation de la victoire de sa rivale, par seulement 109 voix d'écart. "Il est temps de tourner la page de ces élections (...) et de construire un pays plus uni pour nos enfants", a-t-il déclaré lundi.

Mme Tenney l'a remercié. "Il a gracieusement offert d'aider à une transition en douceur et j'ai hâte de travailler avec lui dans les prochains jours", a-t-elle déclaré.

M. Brindisi avait fait valoir de nombreux dysfonctionnements dans la façon dont les autorités locales avaient conduit les élections, empêchant notamment plus de 2.400 personnes de participer au scrutin.

Mais après trois mois passés à les examiner, un juge de la Cour suprême de l'Etat de New York a estimé que les bulletins valides comptabilisés octroyaient bien la victoire à Mme Tenney - par 109 voix d'écart sur quelque 300.000 électeurs.

Cette dispute vient souligner les multiples batailles en justice qui ont accompagné les élections présidentielle et législatives du 3 novembre dernier. De nombreux bulletins de vote avaient été déposés par anticipation ou envoyés par correspondance en raison de la pandémie.

Jusqu'à ce jour, Donald Trump et une partie des républicains refusent de reconnaitre la victoire de Joe Biden à la présidentielle, arguant de "fraudes massives" bien que les tribunaux leur aient quasi systématiquement donné tort.

En attendant la prestation de serment de Mme Tenney, les démocrates disposent d'une courte majorité, de 221 contre 210, à la Chambre des représentants.

Au Sénat, les sièges sont divisés à égalité, 50-50, les démocrates disposant de la majorité grâce à la vice-présidente Kamala Harris, qui peut voter lorsqu'il faut les départager.