C'est chose faite. Joe Biden a prêté serment lors de son investiture ce mercredi au Capitole, le consacrant officiellement président des États-Unis. Une cérémonie marquée par son discours sur l'unité de la nation américaine, après la présidence de Donald Trump qui a plus que jamais divisé le pays.

La presse américaine et mondiale ont salué le retour de la démocratie aux États-Unis et se penchent sur les premières heures du mandat de Biden. Revue de presse.

USA Today, voit la cérémonie de mercredi comme un "Jour historique et d'espoir", affichant en Une Joe Biden et Kamala Harris en train de prêter serment. "La démocratie a triomphé. Biden promet de réparer la nation", titre le New York Times, revenant sur le discours du président élu devant le Capitole.


De même pour le Washington Post, "L'unité est le chemin", que Joe Biden va prendre après "quatre années tumultueuses qui ont déchiré le tissu de la société américaine". Le journal pointe une présidence qui débute au milieu "d'une cascade de crises" : économique, sociale et sanitaire.

"Un nouveau chapitre" pour CNN, ravit que l'élection de Biden "remette les États-Unis sur la carte du monde après la chaotique politique étrangère de son prédécesseur". A peine intronisé, Joe biden s'est empressé de rejoindre le bureau Ovale pour signer une série de décrets, notamment sur le retour des USA dans l'accord de Paris sur le climat ou la suspension de la construction du mur à la frontière mexicaine. "Les signatures de Biden ont envoyé un signal dans le monde entier que l'Amérique, telle que ses alliés la connaissaient depuis des décennies, était de retour", écrit CNN.

Même son de cloche en Europe : la volonté de rassembler de Biden marque le retour de la démocratie, mais le nouveau président devra faire face à de grands défis que sont la crise sanitaire, politique et économique.

"La démocratie a triomphé", pour le Britannique The Guardian. "Le Temps de l'unité" pour son confrère" du Times. En Allemagne, de Bild titre "Le retour de l'Amérique".


Du côté français, Le Figaro, plus nuancé, consacre sa Une au "Rêve d'unité de Joe Biden" dans un pays "plongé dans une grave crise sanitaire et profondément divisé politiquement, dont la moitié ne reconnaît pas la légalité de son élection". Tandis que "Les États-Unis changent de tête" pour Libération, qui souligne la volonté de rupture du nouveau président américain avec son prédécesseur.

Pour l'espagnol El Pais "Joe Biden promet de rassembler l'Amérique", mais le quotidien souligne les défis auxquels il aura à faire face.

En Belgique aussi, beaucoup de journaux saluent la victoire de la démocratie, à l'instar du Soir et de La Libre, qui dans son édition du jour, titre sur les paroles de Joe Biden "La démocratie est précieuse et fragile mais elle l'a emporté". Joe Biden semble voué à une grande présidence, bien que la tâche ne lui sera pas aisée, peut-on lire dans son édito.

Chez nos voisins flamands, De Standaard voit dans l'investiture de Biden "Le retour d'un allié" qui "vise la comète depuis les starting blocks". Dans son édito, De Morgen salue aussi le retour des Etats-Unis sur la scène internationale.