Le président des Etats-Unis n'a levé qu'un peu plus de 18 millions de dollars auprès de la communauté financière.

Parmi les grands fonds d'investissement ayant financé la campagne de M. Biden, Paloma Partners a déboursé plus de 9 millions de dollars et Renaissance Technologies a versé 4,7 millions de dollars.

Plusieurs barons de Wall Street ont aussi contribué à titre individuel au comité de campagne de l'ancien vice-président américain, dont l'ancien numéro 2 de Goldman Sachs Harvey Schwartz ou l'entrepreneur milliardaire George Marcus.

Au total, l'organisation "Biden for President" a déjà amassé un butin de plus de 937 millions de dollars, selon CRP.

Les fonds versés par le monde de la finance au candidat démocrate sont toutefois inférieurs à ceux obtenus en 2016 par Hillary Clinton, qui avait, elle, totalisé près de 88 millions de dollars de la part des grands fonds d'investissement.

M. Trump avait lui collecté 21 millions de dollars de ce secteur.

L'élection présidentielle est dans tous les esprits à Wall Street.

La Bourse new-yorkaise fait en effet preuve de fébrilité à l'approche du scrutin du 3 novembre qui s'annonce serré et dont les résultats pourraient, selon certains analystes, être contestés.

En tête dans les sondages au niveau national, M. Biden ne dispose que d'une maigre avance dans plusieurs Etats clefs, comme la Pennsylvanie ou le Michigan.

Les investisseurs se préparent néanmoins à une victoire du camp démocrate, qui pourrait conduire à une nette hausse des impôts pour les grosses fortunes et les grandes entreprises.

Après avoir déjà dévissé lundi, les indices de Wall Street chutaient à nouveau d'environ 3% mercredi dans un marché s'inquiétant également de l'explosion du nombre de nouveaux cas de Covid-19 aux Etats-Unis et en Europe.