Le Pentagone a annoncé dans un communiqué que plusieurs responsables militaires s'étaient mis en quarantaine après l'annonce de l'amiral Ray, sans les identifier, mais une source militaire a indiqué à l'AFP qu'il était "tout à fait juste" d'en conclure que le général Milley était en quarantaine.

Le numéro deux des Garde-côtes a été testé positif lundi, a indiqué dans un communiqué publié mardi un porte-parole de cette agence qui dépend du département de la Sécurité intérieure (DHS). Il avait ressenti des symptômes "légers" au cours du week-end.

Or l'amiral Ray "se trouvait la semaine dernière au Pentagone pour des réunions avec d'autres responsables militaires", a indiqué un porte-parole du Pentagone, Jonathan Hoffman, dans un communiqué séparé publié à quelques minutes d'intervalle. "Parmi les personnes qui ont participé à ces réunions se trouvaient les chefs d'état-major" de plusieurs branches de l'armée américaine, a précisé M. Hoffman sans les nommer.

Tous ceux qui ont pu être en contact avec l'amiral Ray "se sont mis en quarantaine et ont été testés ce matin", a indiqué le porte-parole. "Aucun de ses contacts au sein du Pentagone n'a montré de symptôme et nous n'avons aucun test positif à annoncer à ce stade", a-t-il conclu.