Cette loi, voulue par les républicains à l'instar de celles déjà adoptées en Géorgie et en Floride, vise officiellement à rendre les élections plus sûres en interdisant le vote en "drive-in" ou en instaurant de nombreuses restrictions aux horaires de vote et au vote par correspondance.

Mais ces restrictions visent le plus souvent des dispositions facilitant le vote et particulièrement prisées par les minorités, notamment les Afro-Américains généralement plus favorables aux démocrates.

Les élus démocrates ont quitté en masse dans la soirée de dimanche le scrutin organisé pour cette loi et le quorum nécessaire n'a pu être atteint. La session a dû être ajournée, douchant les espoirs républicains de voir la loi adoptée durant la législature en cours.

Toutefois le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, s'est dit prêt à convoquer une session extraordinaire pour faire voter la loi.

"Les républicains sont arrivés déterminés à faire passer une loi qui manipulerait notre démocratie en leur faveur", a tweeté en soirée la représentante démocrate locale Jessica Gonzalez. "Ce soir, les démocrates du Texas ont tracé une ligne et clairement indiqué que nous nous battrons jour et nuit, avec tous les moyens à notre disposition, pour votre droit de vote".

Les élus républicains, affirmant vouloir rendre les élections plus sûres, invoquent souvent les accusations de fraude que continue d'avancer l'ancien président Donald Trump qui affirme sans la moindre preuve que le scrutin de novembre remporté par Joe Biden lui a été "volé".

Depuis la présidentielle, les projets de loi limitant l'accès au vote se sont multipliés dans les Etats à l'initiative des républicains.

"Cela fait partie d'une attaque contre la démocratie que nous avons constatée trop souvent cette année", a dénoncé samedi M. Biden, estimant qu'elle ciblait "de manière disproportionnée" les Afro-Américains et les autres minorités.

M. Biden a de nouveau appelé le Congrès des Etats-Unis à adopter deux textes au contraire censés favoriser l'expression du droit de vote pour tous les Américains mais dont l'adoption est compliquée par la majorité étriquée des démocrates.