Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a dit mercredi espérer une solution "dans les prochaines semaines" pour rouvrir la frontière entre les Etats-Unis et l'Europe, fermée depuis mi-mars en raison du coronavirus, mais s'est gardé de prendre un engagement précis.

 "J'ai bon espoir que dans les prochaines semaines, nous trouverons une solution", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Washington.

"Nous travaillons avec les pays autour du monde, y compris nos amis en Europe et l'Union européenne elle-même, pour déterminer comment on peut autoriser à nouveau les voyages internationaux de manière sûre", a-t-il ajouté, estimant qu'il était "important pour les Etats-Unis que les Européens puissent revenir", et inversement.

"Nous travaillons pour trouver la bonne manière de le faire, le bon timing, les bonnes solutions. Nous ne voulons pas que l'arrivée de voyageurs mette en péril les Etats-Unis, comme nous ne voulons assurément pas causer des problèmes ailleurs", a encore expliqué le secrétaire d'Etat.

Le président américain Donald Trump a interdit depuis le 13 mars l'entrée dans son pays aux voyageurs venant de la plupart des Etats européens pour tenter de stopper la propagation de la pandémie de Covid-19, comme il l'a également fait avec la Chine, l'Iran ou encore le Brésil, mais aussi le Mexique et le Canada. L'UE a ensuite fermé sa propre frontière.

La décision concernant l'Europe a été prise à durée indéterminée, et le gouvernement américain n'a donné aucune indication sur une date de possible réouverture.

De son côté, l'UE veut rouvrir ses frontières aux pays tiers progressivement à compter du 1er juillet.

Mais selon le quotidien américain New York Times, Bruxelles envisage de maintenir l'interdiction d'entrée pour les Américains dans un premier temps, l'épidémie étant toujours vivace aux Etats-Unis.

Plusieurs dirigeants européens ont en outre affirmé ces dernières semaines que la réouverture se ferait sur la base de la réciprocité.