Amérique

Le puissant lobby américain des armes NRA a exprimé jeudi son opposition à des réformes visant à renforcer les contrôles sur les ventes d'armes, réclamées par de nombreux acteurs depuis les fusillades meurtrières du week-end. L'influent directeur général de la National Rifle Association, Wayne La Pierre, s'est entretenu mardi avec le président Donald Trump pour lui rappeler que sa base de supporteurs n'appréciait pas les réformes en discussion au Congrès, a rapporté le journal Washington Post.

"Je n'aime pas discuter de mes conversations privées avec le président Trump ou qui que ce soit", a réagi Wayne La Pierre sur Twitter.

"Mais je peux confirmer que la NRA s'oppose à toute loi qui empièterait injustement sur les droits des honnêtes citoyens", a-t-il ajouté.

"Une vérité dérange, a-t-il poursuivi: les propositions en discussions n'auraient pas empêché les tragédies horribles d'El Paso et de Dayton".

Ces villes du Texas et de l'Ohio ont été le théâtre ce week-end de deux fusillades, qui ont coûté la vie à 31 personnes et fait une cinquantaine de blessés.

Depuis, la pression monte sur le leader de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell pour qu'il fasse voter son assemblée sur deux propositions de loi adoptées en février par la Chambre des représentants contrôlée par les démocrates.

Ces textes prévoient d'étendre les contrôles des antécédents des acheteurs à l'ensemble des transactions, y compris aux ventes d'armes entre particuliers ou lors de "foires" aux armes, et d'allonger à dix jours la durée avant la livraison des armes.

Jeudi matin, 214 maires républicains et démocrates ont écrit à Mitch McConnell pour lui demander d'interrompre les vacances parlementaires pour faire voter ces réformes en urgence.

Avant son échange avec Wayne La Pierre, Donald Trump avait évoqué dans un tweet son soutien à ces réformes, liant toutefois leur adoption à l'approbation par l'opposition démocrate de mesures qu'il réclame en matière d'immigration.

Depuis, il n'est pas revenu sur le sujet, se contentant de prôner une réforme pour confisquer les armes des personnes jugées dangereuses par leur entourage.

La NRA, qui revendique cinq millions de membres, avait contribué à hauteur de 30 millions de dollars à la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016.

Mitch McConnell a exclu jeudi de rappeler les sénateurs lors d'une interview sur une radio locale. "Quand nous rentrerons, j'espère qu'on pourra se mettre d'accord et adopter quelque chose", a-t-il ajouté sans plus de précision.