Amérique

Le président américain Donald Trump a accusé lundi les médias de "grandement" contribuer, en propageant des "fake news", à "la colère et la rage" aux Etats-Unis, au lendemain d'un week-end marqué par deux fusillades ayant causé la mort de 29 personnes, au Texas et dans l'Ohio. 

"Les médias ont une grande responsabilité quant aux vies et à la sécurité dans notre pays. Les fake news ont grandement contribué à la colère et la rage qui se sont développées durant de nombreuses années", a-t-il écrit sur Twitter, reprenant un discours anti-média devenu habituel chez lui. "La couverture des informations doit commencer à être équitable, nuancée et non partisane, sinon ces terribles problèmes ne feront que s'aggraver!", s'est-il exclamé.


Donald Trump est lui-même accusé par des adversaires démocrates de favoriser, par son discours frôlant souvent le racisme, la montée de l'intolérance. Pour la fusillade d'El Paso, la piste de motifs racistes dans le chef du tireur est examinée par les enquêteurs.

Toujours via Twitter, Trump a semblé lundi vouloir aborder la question de l'accès aux armes à feu à la suite des deux fusillades, un éternel débat de la politique américaine. "Les républicains et les démocrates doivent se rassembler et obtenir des vérifications d'antécédents robustes, peut-être en couplant cette loi à une réforme migratoire désespérément nécessaire", a écrit Donald Trump. Ce dernier est habituellement un fervent défenseur du droit au port d'armes, son discours étant cependant mis à mal par de réguliers massacres dans des lieux publics.