Le producteur américain Harvey Weinstein a été jugé coupable d'agression sexuelle et de viol. S'il risque jusqu'à 29 ans de prison - le jugement sera rendu le 11 mars -, il n'a pas été reconnu comme "prédateur sexuel", ce qui lui évite la prison à vie. Comment cela se fait-il ?

Après cinq jours de délibération, les jurés de la Cour Suprême de New York ont rendu un verdict nuancé. Ils devaient se prononcer sur cinq chefs d'accusation à l'encontre du magnat de Hollywood : deux pour viol, un pour agression sexuelle et deux pour "comportement sexuel prédateur". 

Mais Harvey Weinstein a été disculpé pour ces deux derniers, car la Cour a considéré qu'il ne remplissait pas les critères liés à cette attitude de "prédateur sexuel".


Qu'est-ce qu'un prédateur sexuel ? 

Selon le Sénat de l'État de New York, où était jugé le producteur américain, une personne sera coupable d'acte de prédation sexuelle si elle remplit ces conditions: 

1. Le prédateur cause, par ses actes sexuels, des dommages physiques à sa victime ou il contraint sa victime par la force, en utilisant (ou menaçant d'utiliser) un moyen d'intimidation (une arme par exemple). Il se rend alors coupable, en forçant sa victime sous la contrainte, d'agression sexuelle, d'abus sexuel ou de viol au premier degré (c'est-à-dire sous la contrainte physique)

2. Il a déjà fait l'objet d'une condamnation, dans le passé, pour des faits définis ci-dessus. 

Dans le cas de Weinstein, la Cour a décidé que ces critères n'étaient pas remplis, même si le producteur a été jugé coupable d'une agression sexuelle au premier degré sur Mimi Haleyi. 

Les jurés ont considéré qu'ils ne disposaient pas de suffisamment de preuves pour établir la culpabilité de Weinstein dans des affaires d'abus sexuels dans le passé, malgré le témoignage de l'actrice Annabella Sciorra. Cette dernière accuse l'homme de 67 ans de l'avoir violée, en 1993... ou 1994. La victime présumée n'est plus sûre du moment où ont eu lieu ces agressions et n'a pas pu donner de détails concrets. C'est ce qui a fait pencher la balance, du côté des jurés, en faveur de la présomption d'innocence.