La société américaine Pacific Gas & Electric a plaidé coupable pour le décès de 84 personnes dans la ville californienne de Paradise, en raison d'un incident sur son réseau électrique déclenchant un terrible incendie en 2018 qui a ravagé la région.

S'exprimant au nom de la société, le CEO Bill Johnson a plaidé coupable pour 84 homicides involontaires durant une audience diffusée en direct depuis le compté de Butte.

"Notre équipement a bouté le feu", a indiqué M. au tribunal. "J'aimerais qu'il puisse y avoir moyen de revenir en arrière ou d'effacer l'impact, la douleur que ces gens ont souffert. Mais je ne sais que cela ne se peut".

L'audience dramatique, au cours de laquelle le CEO a plaidé "coupable, votre honneur" pour chacune des charges, est un aveu rare de culpabilité de la part d'une grande entreprise.

L'incendie qui s'est rapidement répandu dans une large partie du territoire s'est avéré le foyer le plus mortel et le plus destructeur de l'histoire de l'Etat, causant des milliards de dollars de dégâts, réduisant quasiment en cendre la ville.

En plaidant coupable, l'entreprise s'engage à payer des amendes à hauteur de 4 milliards de dollars.

Les victimes de ce feu baptisé "Camp Fire" recevront 13,5 milliards de dollars de la part de la société, selon un accord dégagé au préalable.