"Nous avons supprimé ce compte pour avoir partagé de façon répétée des allégations pourtant erronées à propos du coronavirus ou des vaccins", a indiqué Facebook, la maison mère d'Instagram, dans un communiqué jeudi.

Robert F. Kennedy Jr, 67 ans, est le fils de l'ancien ministre de la Justice Robert F. Kennedy assassiné en 1968 après son frère, le président John Fitzgerald Kennedy, en 1963.

Avocat, écologiste, il est aussi connu pour ses positions anti-vaccin qui ont gagné en audience avec la pandémie de Covid-19 et le développement de nouveaux vaccins.

Son compte sur Instagram attirait 800.000 abonnés, selon le New York Times.

En septembre dernier, Robert Kennedy avait ainsi affirmé sur Instagram qu'un vaccin contre la grippe était plus mortel que le Covid-19. Ces affirmations, relayées par de multiples autres comptes, avaient déjà officiellement été dénoncées comme erronées par les services de vérification des réseaux sociaux.

Le mois dernier, l'activiste anti-vaccin avait affirmé sur Instagram et sur Facebook que la légende de baseball Hank Aaron, mort dans son sommeil à 86 ans, était décédée à cause d'une injection du vaccin Moderna deux semaines plus tôt.

Facebook a récemment nettement musclé ses efforts pour contrer les fausses rumeurs répandues par les groupes anti-vaccins. L'entreprise a étendu sa liste des idées fausses qui ne sont pas tolérées, et déjà interdites dans les publicités.

Elle comprend notamment les messages affirmant que le Covid-19 a été fabriqué par des humains, que les vaccins ne sont pas efficaces, qu'il est moins dangereux d'attraper la maladie que de se faire vacciner ou encore que les vaccins sont toxiques ou causent l'autisme.

Les personnes qui partagent ce genre de désinformation pourront être bannies des réseaux sociaux, avait prévenu le groupe californien.

Pour l'instant, seul le compte Instagram de l'avocat militant est fermé. Sa page Facebook qui compte quelque 300.000 abonnés, fonctionnait encore jeudi, peu avant 16H00 HB.