Dans un discours diffusé à la télévision ce 4 décembre, Brian Pallister, Premier ministre de la province canadienne de Manitoba, a tenu des propos qui ont fait le tour du globe. Énormément partagée sur les réseaux sociaux, la vidéo, dans laquelle le politicien troque très vite son ton solennel au profit de l'émotion qui l'envahit, illustre le choix difficile auquel sont confrontées les autorités de nombreux pays à l'approche des fêtes de fin d'année. Brian Pallister annonce ainsi aux habitants de Manitoba qu'ils ne pourront pas se réunir pour Noël, assumant - non sans difficulté - être "le gars qui vole Noël". "Je suis le gars qui doit vous dire de rester isolés pour Noël, de ne pas faire la fête comme à l'habitude avec vos amis, votre famille, d'éviter ces moments avec vos proches au cours desquels vous partagez des souvenirs et au cours desquels vous en créez. Je suis ce gars, commence le Premier ministre de Manitoba. Et je vais vous demander de respecter cela, parce que c'est ce qui va vous garder en sécurité. Je suis le gars qui vole Noël pour vous garder en sécurité. Parce que c'est ce qu'il faut faire."

Rappelant à la population que c’est unie qu’elle parviendrait à traverser cette crise, l’homme politique a estimé que le temps n’était plus aux doutes et aux théories complotistes. “Si vous ne croyez toujours pas que le coronavirus est réel, vous êtes un idiot”, déclare-t-il.

L’homme répète toutefois que la décision prise par les autorités est compliquée et que l’effort demandé aux habitants est énorme. "Vous n'avez pas besoin de m'aimer, affirme-t-il. J'espère que, dans le futur, vous me respecterez pour avoir eu le courage d’avoir pris les bonnes décisions." Enfin, il conclut sa prise de parole sur une petite note d'espoir, soulignant qu'il y aura de nombreuses choses à fêter l'année prochaine.


Le Canada a enregistré une hausse record des contaminations au coronavirus à la suite de Thanksgiving. Cette fête, durant laquelle les familles se réunissent en nombre, aurait permis au Covid-19 de circuler à nouveau à grande échelle dans la population. Les Etats-Unis connaissent actuellement un phénomène semblable