Longtemps conseiller le plus en vue du chef de l'Etat sur la pandémie, le Dr Anthony Fauci a estimé dans un entretien au Washington Post, publié samedi, que les Etats-Unis n'auraient pas pu être "plus mal positionnés" pour faire face à l'accélération du nombre de cas de Covid-19. "Nous allons souffrir", a prévenu celui qui est aussi directeur de l'Institut des maladies infectieuses.

"La situation n'est pas bonne." Il a indiqué que Donald Trump ne prenait plus ses conseils et lui préférait désormais le neuroradiologiste Scott Atlas, favorable à une large réouverture de la société américaine plutôt qu'à un renforcement des mesures de prévention. "D'un seul coup, ils ne voulaient plus écouter notre message, parce qu'il ne correspondait pas à ce qu'ils voulaient faire", affirme celui qui dit ne plus avoir parlé au président depuis plusieurs semaines. Anthony Fauci a marqué une différence nette entre l'approche de la Maison Blanche et celle du candidat démocrate Joe Biden, qui "prend au sérieux (la pandémie) d'un point de vue de santé publique".

Membre de l'équipe de communication de la Maison Blanche, Judd Deere a jugé "inacceptables" les propos du Dr Fauci. Pour lui, le médecin "fait entorse à tous les usages (...) en choisissant, trois jours avant une élection présidentielle, de faire de la politique". Les Etats-Unis ont enregistré vendredi un record de nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, à plus de 94.000, et près de 1.000 décès pour cette seule journée. Mi-octobre, lors d'une conférence téléphonique, Donald Trump avait qualifié Anthony Fauci de "désastre" et l'avait inclus dans un groupe de scientifiques partisans d'une approche prudente de la pandémie, "des idiots", selon le président.