"Ils peuvent se payer le luxe" de protester contre les bavures policières et le racisme: Jared Kushner, gendre et conseiller de Donald Trump, a ironisé jeudi sur les basketteurs de la NBA qui ont décidé de boycotter les compétitions en réaction à l'affaire Jacob Blake.

"Les joueurs de la NBA peuvent se payer le luxe de prendre une soirée de congé, un luxe que la plupart des Américains ne peuvent pas se permettre", a-t-il déclaré dans un entretien au site d'informations Politico. "Je trouve ça sympa qu'ils se mobilisent pour cette cause mais j'aimerais les voir commencer à avancer vers des solutions concrètes", a-t-il ajouté.

Le mouvement de boycott a éclaté après une nouvelle bavure apparente d'un policier, qui a tiré dimanche sept balles dans le dos de Jacob Blake, un Afro-Américain de 29 ans, dans l'Etat du Wisconsin, alors que celui-ci résistait à son interpellation. Le père de famille est grièvement blessé.

Cette affaire a relancé le mouvement de colère historique contre le racisme et les brutalités policières qui a vu le jour après la mort d'un autre homme noir, George Floyd, étouffé en mai sous le genou d'un policier blanc.

Enclenché par l'équipe de basket-ball des Milwaukee Bucks, qui a boycotté un match et contraint la NBA à reporter plusieurs autres rencontres mercredi, le mouvement s'est propagé à grande vitesse. "NOUS EXIGEONS LE CHANGEMENT. ON EN A MARRE", a tweeté la superstar des Los Angeles Lakers, LeBron James. Selon plusieurs médias, les Lakers et les Los Angeles Clippers ont voté pour l'abandon de la saison NBA.

Lorsqu'on lui a fait remarquer que LeBron James avait personnellement lancé plusieurs initiatives concrètes, Jared Kushner s'est dit prêt travailler avec lui. "Nous serions heureux de lui parler pour qu'on se mette d'accord sur ce qu'on peut faire", a-t-il répondu. "Je vais le contacter aujourd'hui", a-t-il ajouté.

L'influent gendre du président américain a reconnu "l'importance" des "manifestations pacifiques", tout en dénonçant les violences qui les ont émaillées. "On n'améliore pas l'égalité économique en s'adonnant aux émeutes et en brûlant des magasins", a-t-il estimé. "Ce pays a vu assez de manifestations et les choses négatives qui peuvent arriver quand les manifestations vont trop loin ou sont détournées par des gens qui ont des intentions différentes des manifestants bien intentionnés", a-t-il ajouté.