Le "syndrome de La Havane", s'il est peu connu en Europe, suscite de vives interrogations outre-Atlantique depuis quelques années.

Depuis novembre 2016, une vingtaine de fonctionnaires américains en mission à La Havane ont déclaré souffrir d'étranges symptômes, comme des pertes d'audition, des problèmes d’équilibre ou de coordination, des vertiges, ainsi que d’anxiété et d’irritabilité. N'étant plus en capacité de travailler, ces diplomates ont finalement été contraints de quitter le pays.
 
Le problème, d'abord limité aux Américains employés dans la capitale cubaine, a rapidement gagné d'autres fonctionnaires, basés dans différentes villes du globe, notamment en Chine, en Russie ou en Ouzbékistan.

Radiations de micro-ondes ?

Une étrange coïncidence qui a logiquement inquiété les autorités américaines. Après avoir procédé à différentes analyses et envisagé plusieurs théories, l’Académie nationale des Sciences a finalement conclu en décembre dernier que la cause la plus probable de ces maux serait liée à de "l'énergie radiofréquence dirigée et pulsée", plus ou moins semblable à des radiations de micro-ondes.

Si le mystère semblait avoir été résolu, il alimente à nouveau les débats depuis quelques semaines. Le syndrome semble en effet avoir touché des membres de l'administration américaine, qui officient à Washington. Le New York Times fait état de 3 cas au sein de la CIA, ainsi que d'autres détectés au sein du département d'Etat et de la Défense. Au total, le nombre de personnes touchées par le syndrome, aussi bien à l'étranger que sur le sol américain, s'élèverait désormais à 130.

Des investigations menées

Lors d'une conférence de presse, le 7 mai dernier, la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a déclaré que des investigations étaient menées pour comprendre la cause des mystérieux épisodes: " Nous prenons ces cas très sérieusement. Différentes agences gouvernementales travaillent sur le sujet. A ce moment, nous ne connaissons pas la cause de ces incidents, dont la grande majorité se sont produits à l’étranger".