Hugo Osorio, un homme robuste d'1m70, est entré dans la police en 1997 mais il en avait été chassé en 2005 après des accusations d'abus sexuels sur mineure pour lesquels il a purgé une peine de prison jusqu'en 2011.

"C'est un type complétement cinglé", assène le criminologue judiciaire Israel Ticas : dans sa maison, les policiers ont trouvé une image de la "Santa Muerte" ("Notre Dame de la Sainte Mort"), des cierges et des masques avec lesquels le tueur terrifiait sans doute ses victimes au cours de "rituels", selon l'expert.

Dans la nuit du 7 mai, ce sont les cris de Jackeline Cristina Palomo, 26 ans, la dernière victime d'Hugo Osorio, qui ont mis fin à la carrière criminelle de l'ancien policier. Alarmés, les voisins d'Hugo Osorio dans la rue Estévez, à Chalchuapa (environ 90 km à l'ouest de la capitale San Salvador), ont appelé la police. Depuis, les enquêteurs ont déjà exhumé 18 cadavres. Jusque là, l'ancien policier n'avait pas attiré l'attention de ses voisins. Mais cette nuit-là, il a poursuivi sa proie qui tentait de s'enfuir en criant, l'a rattrapée à la porte et l'a tuée avec une barre de fer, selon les enquêteurs.

Traces de sang sur la porte

Tout a été découvert "grâce à elle, qui s'est enfuie, laissant des traces de sang sur la porte d'entrée de ce criminel. Sans cela, il aurait continué", constate José Cruz, le grand-père de Jackeline. Dans la maison d'Hugo Osorio, les policiers ont découvert le cadavre de Jackeline et de sa mère, Mirna. Un peu plus loin, près d'une fosse déjà creusée, gisaient le corps d'Alexis, le frère cadet de Jackeline, âgé de 24 ans, et celui d'un autre homme... le propre frère d'Hugo Osorio.

© afp
Hugo Osorio

La famille avait payé 7.000 dollars au frère de l'ancien policier, qui se faisait fort de faire passer Alexis aux Etats-Unis, a encore expliqué le grand-père.

"Quatorze autres cadavres ont été exhumés" dans un terrain appartenant à l'ancien policier, en face de sa maison, a indiqué le ministre de la Justice et de la Sécurité Gustavo Villatoro. Selon des journalistes, au total, une quarantaine de corps pourraient être découverts.

"Psychopathe sexuel"

Devant la maison, chaque jour, des proches de personnes disparues viennent aux nouvelles.

Une photo à la main, comme tous ceux qui se présentent là, Telma Mancia, 55 ans, est à la recherche de sa petite-fille Camila, depuis sa disparition le 15 avril 2020 à l'âge de 17 ans. "Je ne peux pas dormir", dit Telma : "je voudrais la retrouver vivante, mais si elle ne l'est pas, je dois la chercher pour lui donner une sépulture chrétienne", explique-t-elle. La majorité des corps jusqu'ici découverts sont ceux de femmes. Les chefs d'accusations comptabilisent au moins 11 cas de féminicides aggravés.

Au Salvador, un pays de 6,7 millions d'habitants, 70 femmes ont été tuées en 2020, et plus d'une certaine en 2019, selon les chiffres officiels. Les enquêteurs décrivent Hugo Osorio comme "un psychopathe sexuel" ou parlent d'un "tueur en série" qui "chassait" ses proies sur les réseaux sociaux en offrant soit du travail, soit de l'aide pour émigrer aux Etats-Unis.

Pour Jannet Aguilar, une chercheuse indépendante qui travaille pour des fondations et des agences de l'ONU et de l'Union européenne, le cas de l'ancien policier "s'inscrit dans un processus d'instauration d'une culture de violence extrême" favorisée par l'impunité dont jouissent trop souvent les criminels au Salvador. Selon Mme Aguilar, il y a eu au Salvador plus de 40.000 disparitions au cours des 15 dernières années : "le pays n'a pas idée de l'envergure qu'a atteint ce phénomène (...) car cela a été caché, occulté".