Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, estime que si les manifestations doivent se dérouler de manière pacifique, la violence policière doit faire l'objet d'enquêtes aux Etats-Unis comme dans n'importe quel autre pays, a rapporté lundi son porte-parole. 

"Les autorités doivent montrer de la retenue dans leur gestion des manifestants aux Etats-Unis" comme ailleurs, a ajouté Stéphane Dujarric lors de son point-presse quotidien.

"Nous avons vu au cours des derniers jours des cas de violence policière. Tous les cas doivent faire l'objet d'enquêtes", a-t-il aussi dit.

"Les forces de police dans le monde doivent bénéficier d'une formation en droits humains adéquate. Et il faut aussi un investissement dans le soutien social et psychologique à la police pour qu'elle puisse faire un travail efficace dans la protection de la communauté humaine", a précisé le porte-parole.

Le chef de l'ONU est aussi préoccupé par les attaques contre des journalistes constatées ces derniers jours aux Etats-Unis, a-t-il indiqué. Dans un tweet ce week-end, Antonio Guterres avait souligné que "lorsque les journalistes sont attaqués, ce sont les sociétés qui sont attaquées".

"Aucune démocratie ne peut fonctionner sans liberté de la presse", a insisté le chef de l'ONU.

Depuis la mort il y a une semaine d'un homme noir maintenu au sol par un policier blanc, les Etats-Unis sont secoués par de violentes manifestations dénonçant les brutalités policières et le racisme.