Rare moment dans un Congrès profondément divisé, William Burns a été investi par un vote à l'unanimité des sénateurs.

Diplomate pendant 33 ans, cet ex-ambassadeur à Moscou a un profil atypique pour ce poste: il n'est ni militaire, ni politique, ni issu du Renseignement.

La nouvelle cheffe du Renseignement américain, Avril Haines, a néanmoins chaleureusement salué la confirmation d'un "extraordinaire agent de la fonction publique, qui a consacré une grande partie de sa vie à servir le gouvernement".

Lors de son audition de confirmation au Sénat en janvier, l'ex-diplomate avait assuré disposer d'une connaissance approfondie de la CIA, qu'il a régulièrement côtoyée dans sa carrière.

Artisan du dialogue avec Téhéran qui a débouché sur l'accord nucléaire international en 2015, il avait estimé que les Etats-Unis devaient "tout faire pour empêcher l'Iran de développer une arme nucléaire".

Il avait pris sa retraite en 2014 avant de prendre la direction de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, un cercle de réflexion sur les relations internationales, dont le programme d'échange avec une organisation chinoise considérée comme un organe de propagande a été critiqué par certains sénateurs.

Lors de son audition, il avait affirmé que l'attitude "prédatrice" du gouvernement chinois représentait le "plus grand défi géopolitique" pour les Etats-Unis.

Dans un vote bien plus serré, avec 50 voix pour et 49 contre, les sénateurs ont également confirmé jeudi la nomination de Xavier Becerra comme ministre de la Santé de Joe Biden, premier Hispanique à occuper ce poste clé en pleine pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 530.000 morts aux Etats-Unis.

Elu pendant plus de deux décennies à la Chambre des représentants puis procureur général de la Californie, Xavier Becerra "a passé sa carrière à se battre pour étendre l'accès au système de santé", avait déclaré Joe Biden en annonçant sa nomination en décembre.

Les républicains, eux, dénoncent son manque d'expérience médicale, et le jugent trop progressiste.

Joe Biden a nommé plusieurs responsables hispaniques dans son administration: Xavier Becerra, dont la mère est d'origine mexicaine; Alejandro Mayorkas, né à Cuba et premier Hispanique à diriger le ministère de la Sécurité intérieure; et Miguel Cardona, d'origine portoricaine, à la tête du ministère de l'Education.