Les motifs du suspect Anthony Warner, 63 ans, tué dans l'explosion qui a fait trois blessés, ne sont pas encore déterminés. Les autorités craignent de ne pouvoir les établir alors que ce dernier n'est plus en vie.

Un des colis que M. Warner a envoyé est arrivé le jour de l'An et avait été envoyé deux jours avant l'explosion selon le média américain WTVF. Il contenait au moins neuf pages dactylographiées et deux clés USB, mais ne présentait pas d'adresse de retour.

La lettre faisait allusion à des théories du complot, relatives entre autres à la mission sur la Lune, les attentats terroristes du 11 septembre 2001, des attaques d'extraterrestres, selon WTVF, qui a eu accès aux lettres mais ne les a pas publiées.

Le FBI a confirmé au média être "au courant" que M. Warner a "envoyé du matériel qui épousait ses points de vue à différentes connaissances à travers le comté".

M. Warner a été identifié par son ADN retrouvé sur place et des effets personnels fournis par des proches, selon les autorités, ce qui a contribué à une identification rapide.

La déflagration a dévasté une partie d'une artère commerçante dans le centre historique de la capitale de la musique country. Juste avant la détonation du véhicule, un enregistrement au ton glaçant a été diffusé par haut-parleur appelant les personnes alentour à évacuer.