La Belgique n'a, contrairement aux Pays-Bas, pas reçu de demande des Etats-Unis de participer - éventuellement avec une frégate - à la coalition que Washington souhaite former pour garantir la liberté de navigation dans le Golfe persique, sur fond de tensions entre les Etats-Unis et l'Iran, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. 

"Aucune demande officielle" ne nous est parvenue, ont indiqué les départements les plus directement concernés, la Défense et les Affaires étrangères, à l'agence Belga.

Washington a par contre sollicité les Pays-Bas la semaine dernière en leur demandant de fournir une contribution à cette coalition qui garantirait la liberté de navigation dans les détroits d'Ormuz (qui sépare l'Iran des Emirats arabes unis à la sortie du Golfe) et de Bab al-Mandeb (entre le Yémen et Djibouti), deux couloirs stratégiques par lesquels transitent notamment des pétroliers.

Les ministres néerlandais des Affaires étrangères et de la Défense, Stef Blok et Ank Bijleveld, ont indiqué mardi que La Haye étudiait cette demande.

La réponse de La Haye devrait être fournie durant l'été, a souligné M. Blok depuis Bruxelles où il participait à ue réunion des ministres européens des Affaires étrangères. Il a souligné que les Pays-Bas ne tenaient pas à entrer en guerre avec l'Iran.

Le gouvernement néerlandais songe à l'envoi d'une frégate, selon des sources informées à La Haye.

La tension dans la zone du Golfe persique, par laquelle transite près d'un tiers du pétrole brut mondial acheminé par voie maritime, a culminé au cours des dernières semaines. Les Etats-Unis ont accusé l'Iran de plusieurs attaques contre des pétroliers et l'Iran a abattu un drone américain.