Menacé de destitution, le président américain multiplie les sorties médiatiques mouvementées. S'attaquant à ceux qui l'incriminent, Donald Trump a adopté ces derniers jours une posture plus qu'agressive. Mais il n'y a pas que les démocrates qui sont la cible des attaques du milliardaire. Ce dernier s'en est également pris à ceux qu'il aime tant détester: les médias. 

En effet, Donald Trump s'est emporté ce mercredi 2 octobre suite aux révélations du New York Times sur ses projets à la frontière mexicaine. Selon le célèbre journal américain, le président souhaitait empêcher les migrants d'entrer aux Etats-Unis avec... des tranchées remplies d'alligators. "Fake News!", avait d'abord tweeté le milliardaire. Mais en conférence de presse, le président a été plus loin encore. "Je n'utilise même plus le terme 'fake news', s'est énervé Donald Trump. Maintenant je les appelle 'corrupt news' parce que fake n'est plus assez fort. Pourtant, je suis celui qui a inventé ce terme et j'en suis fier'. Selon lui, de nombreux médias américains sont "corrompus" et sont "des ennemis du peuple". 

Mais le président s'est toutefois rendu lui-même responsable de "fake news", en pointant du doigt les journalistes du Washington Post alors que c'est bien le New York Times qui a révélé ses dires sur la frontière mexicaine.