Les temps sont durs pour Donald Trump. Premier président américain à être confronté à une seconde procédure de destitution , le locataire de la Maison-Blanche se retrouve de plus en plus isolé. Et ce même dans les rangs de son propre parti. Dix Républicains ont été jusqu'à voter la mise en accusation avec les députés démocrates à la Chambre des représentants. Le torchon brûlerait également entre Trump et son avocat et ami de longue date, Rudy Giuliani . Et le magnat de l'immobilier vivrait particulièrement mal la situation, selon son entourage.

Des conseillers ont rapporté à CNN le contenu d'une discussion particulièrement tendue avec le président. Ces derniers évoquaient la possibilité pour le Républicain de démissionner avant la fin de son mandat. Selon le média américain, Trump aurait immédiatement fermé la porte à une telle idée et aurait interdit à ses conseillers de remettre le sujet sur la table. Plus encore, il aurait indiqué à chacun d'entre eux qu'il était hors de question de mentionner le cas de Richard Nixon. Selon CNN, le locataire de la Maison-Blanche se serait emporté face à l'un de ses conseillers au sujet du président qui avait dû démissionner en août 1974. Lui interdisant de le comparer à Nixon, il a ajouté qu'il ne pouvait pas, pour sa part, compter sur l'aide de son vice-président, Mike Pence, pour le gracier (contrairement à Nixon qui avait bénéficié de la grâce de Gerald Ford). 

Furieux, le président ne souhaiterait également pas suivre l'avis de ses conseillers concernant un discours d'adieu. Il n'aurait actuellement nullement l'attention d'accorder quelques mots, filmés ou en direct, à ses supporters pour mettre un point final à ses quatre années de présidence. S'il a déjà annoncé qu'il ne sera pas présent à l'investiture de Joe Biden, il n'a toutefois pas encore décidé s'il laisserait une lettre ou non destinée au futur président. Encore une fois, ses conseillers lui ont recommandé de respecter la tradition, comme Barack Obama l'avait fait à l'époque. Trump s'était d'ailleurs longtemps vanté de la lettre que lui avait adressée Barack Obama. 

Mais si le président a des difficultés à réaliser que son mandat touche à sa fin, ses équipes s'activent quant à elles pour vider les locaux et se préparent à quitter les lieux. En attestent certaines salles où ne se trouvent désormais plus que quelques cartons.