Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé lundi le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi à "préserver la souveraineté de l'Irak" face aux "attaques" de l'Iran, au lendemain d'un tir de roquettes contre l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad.

Dans son appel téléphonique, le secrétaire d'Etat américain a exprimé "son indignation face aux attaques répétées des groupes armés de l'Iran contre les installations américaines en Irak", selon un communiqué du département d'Etat. "Le gouvernement irakien doit prendre des mesures immédiates pour protéger nos installations diplomatiques comme prévu par le droit international", a renchéri Mike Pompeo sur Twitter. 


Selon le département d'Etat, il a néanmoins "salué l'engagement du Premier ministre Abdel Mahdi à renforcer la sécurité pour protéger le personnel américain". "Ces attaques démontrent un mépris gratuit pour la souveraineté irakienne et une incapacité à maîtriser ces groupes armés dangereux", a-t-il estimé. Mike Pompeo a affirmé que les roquettes de dimanche, qui ont touché pour la première fois directement l'ambassade américaine en faisant un blessé, étaient "une tentative pour détourner l'attention irakienne et internationale de la répression brutale, par l'Iran et ses agents, des manifestants pacifiques irakiens". 

"Le secrétaire d'Etat Pompeo a encouragé le Premier ministre à préserver la souveraineté de l'Irak, et a réaffirmé le soutien durable des Etats-Unis au peuple irakien", a souligné la diplomatie américaine. 

Il s'est également dit prêt à discuter de "l'étendue" de la présence des forces américaines en Irak "sur la durée", alors que le Parlement irakien a voté en faveur de leur retrait total après la frappe américaine du 3 janvier à Bagdad qui a tué le puissant général iranien Qassem Soleimani et son lieutenant irakien. Washington refuse de discuter d'un tel retrait, mais se dit prêt à évoquer le partenariat bilatéral sous toutes ses facettes.