Les électeurs pourront voter à partir de 7H00 (13H00 HB) dans cet Etat du Sud américain. Le scrutin s'annonce serré et les résultats définitifs pourraient ne pas être connus avant plusieurs jours.

Près de 500 millions de dollars investis en spots de campagne et les présidents élu et sortant dans le ring pour faire élire leurs candidats: la mobilisation est à la hauteur des enjeux.

Si les deux candidats démocrates, Jon Ossoff et Raphael Warnock, battent les sénateurs républicains sortants, David Perdue et Kelly Loeffler, le Sénat passera sous le contrôle des démocrates.

A son arrivée à la Maison Blanche le 20 janvier, Joe Biden pourra alors compter sur un Congrès entièrement démocrate, et appliquer son programme.

Ce "seul Etat peut changer la trajectoire non seulement pour les quatre années à venir, mais pour la prochaine génération", a-t-il lancé lundi à Atlanta, lors d'un meeting de campagne.

Une perspective inquiétant profondément les républicains, qui ont agité le spectre d'un gouvernement "radical" et "socialiste" jusque dans les dernières heures de la campagne, marquée par un grand meeting de Donald Trump.

Ces élections partielles pourraient être "votre dernière chance de sauver l'Amérique telle que nous l'aimons", a tonné le président républicain qui refuse encore de reconnaître sa défaite, plus de deux mois après l'élection.

Malgré ses pressions et son indignation, les autorités républicaines de la Géorgie soutiennent que la victoire de Joe Biden est bien avérée.

Mais à Dalton, fief rural et conservateur du nord-ouest de la Géorgie, les partisans du milliardaire venus le voir lundi soir se disaient convaincus qu'il a remporté la présidentielle, dénonçant comme lui des fraudes massives, qui n'ont pas été prouvées.

Ces allégations ne les empêcheront toutefois pas de voter mardi pour les sénateurs républicains, jugeant les enjeux trop importants.

Les deux sénateurs républicains partent en théorie favoris dans cet Etat conservateur.