En pleine audition au Congrès dans le cadre de la procédure de destitution le visant, le président américain Donald Trump a publié vendredi, sur son compte Twitter personnel et sur celui de la présidence, un compte-rendu de trois pages d'un premier appel qu'il a passé, le 21 avril depuis l'avion présidentiel Air Force One, à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, qui venait alors d'être élu.

Cette conversation apparemment anodine tranche avec un autre appel entre les deux dirigeants, le 25 juillet, lors duquel M. Trump avait demandé à M. Zelensky de se "pencher" sur son rival démocrate Joe Biden, avait inquiété un lanceur d'alerte aux Etats-Unis, qui l'avait signalé à sa hiérarchie. C'est cet appel, dont la Maison Blanche a ensuite également publié une transcription, qui a déclenché l'ouverture par les élus démocrates d'une enquête en destitution du président.

Au moment même où l'audition d'une ex-ambassadrice en Ukraine débutait dans le cadre de cette enquête, la Maison Blanche a rendu publique la transcription d'un deuxième appel, qui est en réalité le premier entre les deux leaders, ayant eu lieu le 21 avril.

Échanges de banalités

Sans mentionner les enquêtes ou la politique américaine, M. Trump se contente de féliciter M. Zelensky: "J'ai de nombreux amis en Ukraine qui vous connaissent et vous apprécient. (...) Ils pensent, franchement - ils s'attendaient à ce que vous gagniez. Et c'est vraiment incroyable ce que vous avez fait".

"Lorsque vous serez installé et prêt, j'aimerais vous inviter à la Maison Blanche", lui dit également Donald Trump.

Selon le témoignage de plusieurs responsables, cette invitation a plus tard été mise dans la balance par Washington comme une récompense faite au leader ukrainien en échange de l'ouverture d'une enquête sur l'ancien vice-président Biden et son fils, Hunter, qui a été employé par une compagnie gazière ukrainienne.

Le président ukrainien, qui lors de l'appel loue plusieurs fois M. Trump comme un "modèle", invite de son côté - sans succès - le président américain à sa cérémonie d'investiture, et lui promet de "travailler son anglais" en vue de leur rencontre.

Entre autres échanges entre les deux présidents, Volodymyr Zelensky souligne à quel point son pays est "merveilleux". "Notre peuple est gentil, chaleureux, amical, notre nourriture est délicieuse", dit-il. Donald Trump lui répond : "Je suis d'accord et je me réjouis (de venir). Quand j'étais propriétaire de Miss Univers, ils avait toujours des gens super. L'Ukraine était toujours très bien représentée".

Trump sous pression ?

Depuis plusieurs jours, Donald Trump inonde son compte Twitter de messages plus ou moins venimeux dans lesquels il dit tout le mal qu'il pense de la procédure de destitution qui le vise, de l'acharnement des démocrates à son égard et du peu de crédibilité des témoins qui se succèdent aux auditions menées par le Congrès à majorité démocrate.

Les démocrates soupçonnent le milliardaire républicain d'avoir abusé de ses pouvoirs présidentiels pour son profit politique en demandant à Kiev d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter en novembre 2020 à la présidentielle. Donald Trump martèle de son côté que l'appel du 25 juillet était "parfait".