La course à la présidence est lancée aux Etats-Unis et Joe Biden, candidat démocrate, peut compter sur le soutien d'un groupe de... Républicains.

C'est sur Twitter, le terrain de jeu préféré de Donald Trump, qu'un groupe de Républicains s'unit pour discréditer le président des Etats-Unis. "Notre mission: vaincre le président Trump et le trumpisme dans les urnes", telle est la devise du mouvement "The Lincoln Project".

Podcasts, vidéos, tweets... en quelques heures les dissidents républicains sont capables de concocter du contenu démontrant "l'incompétence" du président. Cette campagne de publicité anti-Trump affiche dans de courtes vidéos les "erreurs" commises par le président afin de convaincre les électeurs de "ses échecs". La vidéo la plus vue, "Mourning in America" (Deuil en Amérique), comptabilise 2,8 millions de vues.


Qu'est-ce que le "Lincoln Project" ?

Le comité d'action politique tire son nom du président américain Abraham Lincoln qui avait réussi à réintégrer les Etats sécessionnistes lors de la guerre civile. C'est en décembre 2019 que les fondateurs, tous membres du Parti républicain, annoncent la création du projet et sa visée : vaincre Trump à la prochaine élection.

Pour cela, la dissidence républicaine fait le choix de se rallier à la campagne présidentielle démocrate. "Les phénomènes bipartisans sont rares en Amérique, la division entre Républicains et Démocrates est très forte habituellement", affirme Régis Dandoy, politologue à l'ULB, spécialiste du système électoral. En avril dernier, le mouvement appelle à voter pour le candidat démocrate Joe Biden, l'ancien vice-président de Barack Obama, ce qui semble surprenant. "Il faut tout de même recontextualiser le but du Lincoln Project qui n'est pas de faire élire Joe Biden, mais de ne pas faire élire Donald Trump", ajoute Régis Dandoy.

Les Républicains anti-Trump

Malgré leur appartenance au même parti, les membres du Lincoln Project se détachent de la politique de Trump qu'ils jugent être un "danger pour la Constitution et la République". Ils se voient comme des conservateurs plus "modérés".

Le Lincoln Project est certes composé uniquement de membre du Parti républicain, mais ne compte dans ses rangs aucune personnalité politique du premier plan. "Ce sont plus des techniciens que des hauts cadres du parti", explique Régis Dandoy. Ainsi, les membres du groupe sont des experts en politique, en communication et en stratégie de campagne. Tous se disent déçus par la gouvernance du président.

À la tête du mouvement, se trouve l’avocat new-yorkais George Conway, qui n’est autre que le mari d'une conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway. Le dirigeant du mouvement a déjà été la cible d'attaques du président sur Twitter : "Je ne sais pas ce que Kellyanne a fait à son raté et cinglé de mari, Face de lune, mais ça a dû être vraiment moche", a écrit le locataire de la Maison-Blanche en faisant allusion aux origines philippines de celui-ci.

La bonne stratégie pour faire tomber Trump ?

Les sondages du moment ne sont pas encourageants pour Trump. D'après Régis Dandoy, ces résultats sont la conséquence de la mauvaise gestion de la crise du Coronavirus aux Etats-Unis et non pas celle du "Lincoln Project". À ce jour, l'impact des vidéos resterait assez marginal, malgré "leur bonne qualité". La stratégie toucherait davantage les électeurs que les leaders du Parti républicain. "Il faudrait le soutien d'une figure républicaine de premier plan pour que ce mouvement ne reste pas un détail dans la campagne électorale", estime le politologue. 

Si Trump ne semble pas partir gagnant dans la nouvelle course à la Maison-Blanche, Régis Dandoy rappelle que les sondages ne lui étaient pas non plus favorables en 2016. En attendant, la visibilité du mouvement prend de l'ampleur et la campagne anti-Trump sur les réseaux sociaux attire les électeurs. Le Lincoln Project comptabilise 1,2 million d'abonnés sur Twitter et sa meilleure publicité provient de Trump lui-même. Le président américain s'enflamme régulièrement face aux publications du groupe, leur offrant ainsi encore plus d'importance.