Cela fait des semaines que Donald Trump accuse le vote par correspondance d'être frauduleux. Un système qui sera très certainement mis en place lors des élections présidentielles de novembre en raison de la pandémie de coronavirus. Selon le président, le vote par correspondance ne pourrait mener qu'à des élections truquées et à une fraude électorale massive. Des propos auxquels il croit dur comme fer, puisqu'il a même fait savoir qu'il songeait à postposer les élections jusqu'à ce que la crise sanitaire se stabilise. Dans ce même état d'esprit, il a même refusé d'octroyer un budget supplémentaire au service postal américain qui aurait été indispensable pour garantir la collecte dans les temps de tous les votes à distance.

Pour l'opposition, un tel comportement est une machination pour pouvoir rester au pouvoir plus longtemps, car il aurait tout simplement peur de perdre les prochaines élections. De nombreuses personnalités ont d'ailleurs fait part de leur mécontentement face à cette situation, commme Barack Obama ou même la chanteuse  Taylor Swift .

"La loi est impuissante"

Aujourd'hui, la situation ne semble pas s'être améliorée. Dans une récente conférence de presse, la porte-parole de Donald Trump, Kayleigh McEnany, a fait savoir qu'il n’acceptera pas les résultats des élections de novembre s’il ne les remporte pas. “Le président a toujours dit qu’il verrait ce qui se passerait et qu’il prendrait une décision après coup”, a-t-elle déclaré. De tels propos sèment l'inquiétude, que se passera-t-il si Donald Trump perd les élections mais qu'il refuse d'accepter sa défaite ?" Tous les scénarios imaginés se sont terminés à la fois par de la violence de rue et par une impasse politique", a confié la professeure Rosa Brooks au journal politique Le Globe . Elle a d'ailleurs ajouté que "la loi est presque impuissante face à un président qui est prêt à l’ignorer."