Le gouvernement de Donald Trump a engagé mardi une action en justice afin de tenter de bloquer la publication d'un livre de l'ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton, qui devrait dresser un portrait très critique de la présidence Trump. 

La plainte, déposée auprès d'un tribunal fédéral, argue que M. Bolton n'a pas fait approuver son texte en amont, et que son ouvrage est ainsi "clairement en violation des accords qu'il a signés comme condition de son emploi et de son accès à des informations hautement classifiées".

La parution du livre, intitulé "The Room Where It Happened, A White House Memoir", est prévue le 23 juin. Mais la plainte auprès d'un tribunal fédéral de Washington exige que cette date soit post-posée, afin qu'une évaluation pré-publication puisse avoir lieu. Elle met en outre en avant que M. Bolton aurait reçu 2 millions de dollars pour son récit.

Le conseiller en question avait été limogé un an après son entrée en fonction par Donald Trump, en raison de différents sur divers dossiers de politique étrangère.

Alors que le livre menace de révéler de potentielles informations explosives pour le président conservateur, qui joue sa réélection en novembre, même les opposants de Donald Trump déplorent la démarche de l'ancien conseiller.

En effet, John Bolton a refusé de témoigner devant le congrès américain dans le cadre de l'enquête dans le dossier en destitution du milliardaire républicain. Le président des Etats-Unis avait été mis en accusation pour "abus de pouvoir", pour avoir conditionné une aide militaire à l'Ukraine à l'annonce, par Kiev, d'enquêtes sur son futur adversaire démocrate à l'élection de novembre, Joe Biden. Mais le Sénat, contrôlé par les républicains, l'a finalement acquitté en début d'année.

Certains enquêteurs sont d'avis que M. Bolton disposait d'informations utiles, qui ne vont voir le jour que maintenant et n'ont pas été révélées lors des auditions.

Selon un communiqué de l'éditeur, celui qui a occupé ce poste stratégique à la Maison Blanche d'avril 2018 à septembre 2019 décrit dans son livre un Donald Trump qui a pris toutes ses décisions "guidé par un calcul en vue de sa réélection".

"Ce que Bolton a vu l'a stupéfait: un président pour qui être réélu est la seule chose qui compte, même si cela signifie mettre en danger ou affaiblir la nation", a ajouté l'éditeur. Selon ce compte-rendu, le magnat de l'immobilier aurait ainsi pris des décisions passibles de destitution bien au-delà de la seule affaire ukrainienne.