Donald Trump a émis l'espoir samedi que les musulmans américains seront tenus aux mêmes normes de distanciation sociale pendant le ramadan que les chrétiens à Pâques, un certain nombre de fidèles ayant protesté contre les réglementations restrictives sur les rassemblements en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus. Le président américain était interrogé sur une affirmation qu'il a retweetée, celle d'un commentateur conservateur qui semblait douter du fait que les musulmans soient traités avec la même sévérité que les chrétiens qui enfreignent les règles de distanciation sociale.

"Je dirais qu'il pourrait y avoir une différence, et nous devrons voir ce qui se passera, car j'ai vu une grande disparité dans ce pays. Ils s'en prennent aux églises chrétiennes mais pas aux mosquées", a déclaré M. Trump lors de sa conférence de presse quotidienne samedi à la Maison Blanche.

Le ramadan doit débuter jeudi, une semaine et demie après Pâques, la plus importante fête du christianisme, au cours de laquelle certains chrétiens ont enfreint les règles de santé publique pour organiser des services illicites. La fille et conseillère du président américain Donald Trump, Ivanka Trump, et son mari Jared Kushner ont notamment ignoré les recommandations de confinement des autorités américaines pour fêter la Pâque juive.

A une question lui demandant s'il pensait que les imams refuseraient de se conformer aux normes de distanciation sociale, M. Trump a répondu: "Non, je ne pense pas du tout cela. Je suis quelqu'un qui croit en la foi. Et ce n'est pas important de savoir quelle est votre foi. Mais nos politiciens semblent traiter les différentes confessions de manière très différente."

Plus de 700.000 cas de coronavirus ont été recensés aux Etats-Unis, ce qui a contraint les communautés religieuses à travers le pays à fermer leurs portes.

La Société islamique d'Amérique du Nord, aux côtés d'experts médicaux musulmans, a ainsi demandé la suspension des prières de groupe et de l'école du dimanche, entre autres rassemblements.