Environ 400 soldats de la Garde nationale se tenaient prêts mercredi à intervenir pour protéger les monuments de Washington, au cas où des manifestants tenteraient de déboulonner de nouvelles statues. Donald Trump a, de son côté, annoncé qu'il signerait d'ici la fin de la semaine un arrêté présidentiel pour punir ceux qui s'attaquent au patrimoine des Etats-unis.

"Maintenant, ils envisagent de s'en prendre à Jesus Christ, George Washington, Abraham Lincoln, Thomas Jefferson: ça n'aura pas lieu tant que je suis là", a-t-il déclaré en marge d'une rencontre avec son homologue polonais.

Plusieurs statues, notamment de généraux conférés ou de partisans de l'esclavage, ont été prises pour cible dans le cadre des manifestations géantes contre le racisme et les violences policières qui secouent les Etats-Unis depuis près d'un mois.

Lundi soir, un groupe s'était attaqué à la statue, située face à la Maison Blanche, de l'ancien président Andrew Jackson, un défenseur de l'esclavage. La police des parcs nationaux était intervenue et avait procédé à quelques interpellations.