"Environ 100.000 personnes ont perdu la vie durant la première vague. Les décès qui ont suivi auraient pu être évités ou considérablement réduits", regrette Deborah Birx, l'ancienne coordinatrice américaine de lutte contre le Covid-19, dans un documentaire de CNN sur les coulisses de la gestion de la crise sanitaire aux Etats-Unis. Portant un regard sévère sur les méthodes de Donald Trump, la scientifique estime, avec cinq autres confrères, qu'il est en grande partie responsable de l'ampleur prise par la catastrophe. Deborah Birx raconte ainsi comment, dès le départ, le coronavirus a été sous-estimé par l'ancien locataire de la Maison-Blanche et ses équipes. "Je pouvais voir l'avalanche venir et je pouvais voir à quel point nous n'étions pas prêts", détaille la spécialiste de santé publique. Raison pour laquelle elle a décidé de rejoindre les experts chargés de conseiller les autorités. Mais elle a très vite déchanté et s'est retrouvée face à des personnes qui n'étaient pas forcément enclines à l'écouter. Elle donne ainsi l'exemple d'un événement au Rose Garden au cours duquel il avait été clairement spécifié que l'on ne voulait pas voir les participants porter leur masque, allant à l'encontre des recommandations des experts. Birx, tout comme le docteur Fauci - l'autre visage célèbre de la pandémie aux Etats-Unis - ont toutefois refusé d'ôter leur protection buccale. "Dès le début, il y avait ce sentiment au sein de la Maison-Blanche que le Président n'était pas un partisan du port du masque dans son entourage", ajoute l'experte.

Le discours de Trump qui a eu l'effet d'un "coup de poing dans la poitrine"

Mais c'est incontestablement en août que l'experte en santé publique a connu l'un de ses moments les plus compliqués. Alors qu'elle venait de s'exprimer dans le cadre d'une interview à CNN dans laquelle elle tirait la sonnette d'alarme quant à l'importante propagation du virus, elle a reçu un coup de fil auquel elle ne s'attendait pas venant de Donald Trump. Deborah Birx décrit cette conversation à CNN comme étant "très inconfortable", "très directe" et "très difficile à entendre". "Tout le monde à la Maison-Blanche était mécontent de cette interview et de la clarté que j'apportais au sujet de la pandémie", se souvient la scientifique, qui estime que l'ancien président appréciait très peu qu'elle prenne la parole pour tout le pays.

© AFP

Le désormais célèbre docteur Fauci s'exprime également dans le documentaire de CNN. Le directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases rapporte pour sa part la façon dont il a été choqué au début de la pandémie par le comportement de Trump. Le docteur Fauci se rappelle d'un moment en particulier qu'il a vécu comme un "coup de poing dans la poitrine". Il s'agit de l'appel de Trump anti-lockdown alors que la plupart des experts plaidaient pour un confinement. "Je me suis dit 'Oh mon Dieu, qu'est-ce qu'il se passe ici ?'", déclare l'éminent médecin. "Cela m'a choqué parce que c'était à l'opposé de toute ce que nous essayions de faire à l'époque."

Des insultes et menaces de mort

Le docteur Fauci raconte même à CNN que le groupe d'experts avait été à ce point délaissé par les autorités que les scientifiques ont commencé à organiser leurs propres réunions. Mais cela n'a pas mis un terme aux nombreux désaccords qu'on constate toujours actuellement aux Etats-Unis. "C'est une guerre. Si vous voulez la mener à bien, il faut commencer à tirer sur l'ennemi plutôt que de se tirer les uns sur les autres", met en garde le directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases. "Je suis inquiet quant à l'ampleur des divisions dans le pays en ce moment."

Et les experts sont les premiers à payer le prix de ces divisions. "Tous ont reçu des menaces de mort", déclare Deborah Birx à CNN. "Mes filles ont reçu les mêmes sms parfois très vulgaires, avec beaucoup de références sexuelles. Certains disaient que le pays se porterait mieux si j'étais morte. D'autres qu'il fallait me couper la langue."